30/01/2010

Politique inhumaine envers les mendiant-e-s

Communiqué des Jeunes Vert-e-s Genève, qui tiennent à dénoncer rigoureusement les mesures répressives envers les mendiant-e-s prises par le Conseil d'Etat genevois la semaine dernière.


Les Jeunes Vert-e-s Genève dénoncent de façon vigoureuse les mesures que le Conseil d'Etat veut prendre envers les enfants de mendiant-e-s, chargeant la police d'interpeller et d'appréhender les mendiant-e-s accompagné-e-s d'enfants ou les mendiant-e-s mineurs, de signaler ces cas au Service de Protection des mineurs (SPMi), de conduire les mineurs avec ou sans leurs parents au sein de ce service qui pourrait prononcer une clause péril, c'est-à-dire le retrait immédiat du droit de garde des parents sur l'enfant et le placement de celui-ci.

Sous le prétexte de protéger les enfants qui mendient dans le froid, le Conseil d'Etat contrevient à la Convention de La Haye sur la protection des mineurs. Pour les Jeunes Vert-e-s genevois-e-s, ces mesures répressives doivent donc être dénoncées avec fermeté. Nous regrettons que peu d’organismes aient réprouvé ces projets injustes. Comme le signal l'association MESEMROM dans sa lettre ouverte au Conseil d'Etat, il est révoltant de constater que les autorités genevoises n'ont pas tiré les leçons de l'histoire en marchant dans les pas de Pro Juventute, plus précisément dans ceux de l'Oeuvre des enfants de la grande route qui a sévi de 1926 à 1973 : sous le couvert d'une motivation sociale, des centaines d'enfants tziganes avaient été, à l'époque, arrachés à leur famille et placés dans des familles d'accueil. Les activités de l'Oeuvre des enfants de la grande route ont unanimement été qualifiées par la suite comme étant un génocide culturel.

logojvg.jpg
De plus en plus de pratiques odieuses envers les Rroms sont orchestrées par le gouvernement, et les Jeunes Vert-e-s genevois-e-s ne peuvent pas l'accepter. En novembre dernier, le département de l’environnement urbain et de la sécurité a enlevé les différents campements des Rroms en ville de Genève, laissant 50 personnes, dont des enfants, privés de tout. Qu'a fait le Conseil d'Etat pour protéger les enfants de mendiant-e-s ? A-t-il ouvert un centre d’accueil de jour ? Eh bien non, nos autorités ont préféré fixer des quotas stricts dans les abris, contraignant ainsi tant les adultes que les enfants à dormir dehors malgré les très basses températures.


De plus, il est arrivé que des Rroms se fassent contrôler par la police qui leur a prélevé l’argent qu’ils avaient sur eux sans envoyer l’amende à leur domicile. La justice a depuis mis en lumière l’irrégularité de la notification de ces amendes, qui ont donc été annulées.

Nous pourrions multiplier les exemples de mesures répressives relevant de manques graves à la dignité humaine envers cette frange de la population, jusqu'à cet évènement la semaine passée où une mère Rrom a été arrêtée et mise en détention, de façon illicite, voyant ses enfants « pris en charge » !


Concernant les dernières mesures prises, les Jeunes Vert-e-s constatent que le Conseil d'Etat n'a pas agi de manière concertée, les différents « acteurs » (services de l’Etat, associations, organismes) n'ayant pas été consultés pour élaborer une telle décision. Par ailleurs, les Jeunes Vert-e-s genevois veulent rappeler l’article 22 de la Déclaration universelle des droits de l’homme, ratifiée par la Suisse, qui stipule que «toute personne, en tant que membre de la société, (…) est fondée à obtenir la satisfaction des droits économiques, sociaux et culturels indispensables à sa dignité et au libre développement de sa personnalité». Si l’Etat de Genève veut vraiment défendre les enfants Rroms, alors qu’il fasse le nécessaire prévu par la DUDH: qu’il propose hébergement, soins, permis de travail, école et crèche pour les enfants, interprètes pour discuter avec les familles et une coordination avec les associations !


Les Jeunes Vert-e-s Genève

02:37 Écrit par Julien Cart dans Résistance | Lien permanent | Commentaires (13) | Tags : roms, mendiants, politique, conseil d'etat |  Facebook | | | |

23/01/2010

Le droit de manifester en danger

Samedi 23 janvier, 14h, Place Neuve à Genève, les citoyennes et citoyens de ce canton ont rendez-vous pour défendre le droit démocratique par excellence, celui d'exprimer collectivement son mécontentement envers le pouvoir en place.

La droite règne depuis peu sur le canton et déjà tout s'en ressent. Et cette odeur à un arrière goût de nausée brune.

La droite et ses projets de lois (Libéraux, UDC et MCG) liberticides qui seront prochainement votés au Grand Conseil grâce à sa majorité, veut restreindre le droit de manifester et mettre le couteau sous la gorge aux organisateurs, les menaçant d'amandes salées et les obligeant à mettre en place un service d'ordre policier.

Prendre la responsabilité d'organiser des manifestations sera bientôt un parcours du combattant et un tel risque que personne ne voudra plus en prendre la charge. Ainsi la contestation populaire serait réellement muselée, la droite réussirait son coup. Voilà pourquoi il faudra être dans la rue samedi.

Mais cette droite ne compte pas s'arrêter à l'interdiction du droit de manifester démocratiquement. Nous venons d'apprendre que, sous décision du gouvernement à majorité de droite, les enfants de mendiants se verront emmenés de force aux postes de polices, et séparés de leur parents. Pour les scolariser et leur donner ainsi que leurs parents une situation décente ? Bien sûr que non. Pour pouvoir retirer la garde aux parents. Ainsi la bonne conscience de l'Etat est maintenue : les enfants ne seront plus instrumentalisés par les mendiants pour gagner quelques francs de plus. Lire la lettre ouverte au Conseil d’Etat de la République et Canton de Genève, écrite par l'Association MESEMROM.

Nous comptons donc sur vous toutes et tous, demain, pour faire corps en tant que citoyennes et citoyens, contre cette montée de la droite et de ses projets odieux.

Sans bannière, sans beaux discours et sans violence mais avec unité, détermination et entêtement, nous ferons valoir et défendrons notre droit démocratique ultime, le droit de pouvoir exprimer collectivement notre mécontentement !

ACTION CITOYENNE POUR LA PAIX ET LE DROIT DE MANIFESTER

MARCHE PACIFIQUE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Premiers échos de la Marche Pacifique Pour le droit de manifester

Le peuple et les -jeunes- résistant-e-s sont venus en nombre cet après-midi ! Merci !

La résistance s'organise contre les projets de lois anti-démocratiques, inhumains et liberticides de la droite genevoise au pouvoir.

Et tout cela dans la non-violence et un message radical, que les médias
ont largement répertorié. Le message, et non les débordements.

Cette manif visait à montrer que le peuple est là, prêt à se mobiliser, sans concession. Et qu'il ne renoncera pas, ne lâchera devant les intimidations des forces gouvernementales.

Le combat ne fait que commencer. Il sera de longue haleine, nous comptons sur toutes les citoyennes et citoyens qui refusent d'abdiquer.

 

Article et photos du 20 minutes, samedi 23 janvier 2010

 

6743755-8ce952d09f7fc8f83b6ba7bd60de96c8.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Bravo à la police & la droite (faut-il encore distinguer ?) d'avoir déployé tant de forces pour encadrer un cortège de jeunes manifestant-e-s pacifistes !

pace.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La non-violence de cette manifestation, un signe fort de la volonté d'exprimer un message fort qui ne soit pas récupérer et instrumentaliser par la droite

 

rail tram.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sitting Place Neuve, Genève.

La police a clairement rompu toute collaboration avec les organisateurs, en n'octroyant l'autorisation que hier en soirée et en modifiant au dernier instant le parcours prévu, alors que les organisateurs garantissaient qu'au moindre débordement, ils arrêteraient de manifester.

La police et la droite ont préféré la sécurité de commerces nullement inquiétés, plutôt que d'encadrer et permettre le défilé de manifestant-e-s pacifistes dans la ville, ce qui est leur rôle. Honteux, il n'y a pas d'autres mots.

 

croix rouge.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques chants à l'occasion de cette manifestation :

 

ROCHAT, si tu savais, ta réforme ta réforme,
ROCHAT, si tu savais, ta réforme où on s'la met,
Aucu aucu aucune hésitation !
OUI OUI OUI aux manifestations !

On fera
Des actions
Jusqu'à satisfaction
d'nos revendications !

1 pas en avant,
3 pas en arrière,
C'est la politique du gouvernement !

Police partout,
Justice nulle part !

Droite partout,
Justice nulle part !

01:08 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (8) | Tags : citoyens, contestation, roms |  Facebook | | | |