21/06/2012

Un projet de Constitution qui divise

Nous apprenons aujourd'hui que le MCG a dit non au projet de Constitution. C'est donc un sacré coup sur la tête de celles et ceux (à droite comme à gauche) qui ont cédé au chantage des populistes et de l'extrême droite : MCG et (bientôt) UDC vont refuser un projet qu'on a ficelé en dernière instance exprès pour eux - en boutant hors du projet l'éligibilité communale des étrangers (voir mon blog sur la question).

Ce projet de nouvelle Constitution semble donc diviser plus que jamais, malgré les volontés de celles et ceux qui étaient prêt-e-s à toutes les compromissions pour mieux rassembler.

Ci-dessous, je reproduis ma prise de parole lors de l'Assemblée Générale des Vert-e-s genevois-e-s quant à la prise de position sur le projet de nouvelle Constitution genevoise. Elle n'a pas suffi, et les Vert-e-s se sont prononcé-e-s lundi 18 juin pour le projet de Constitution à 45 voix contre 11, et 4 abstentions.

- Une première raison de refuser le projet de constitution : l'échec de l'éligibilité des étrangers... qui est tout simplement honteux ! S'engager dans un processus de refonte de la Constitution, doit rimer avec avancées en matière de droits politiques notamment : c'est pour cela que les Vert-e-s avaient accepté de rentrer dans ce processus. Il faut désormais en tirer les conséquences.
La question des droits politiques des étrangers est devenue centrale dans le débat et le processus autour de la Constituante, puisque cette question faisait partie des convergences : l'éligibilité des étrangers a été cédée - alors qu'elle bénéficiait du soutien d'une large majorité républicaine, dépassant les frontières gauche-droite (les Radicaux Ouverture l'avaient même inscrits dans leur programme). Elle a été cédée, cette maigre avancée, contre l'article sur l'imposition sur le lieu de domicile. La question des droits politiques des étrangers a donc été mise en balance avec des questions fiscales...c'est tout simplement scandaleux.
Mais personne n'est dupe : si cette question des droits politiques a été sabrée, c'est bien pour contenter l'extrême droite (UDC) et les populistes du MCG. Mauvais calcul : l'UDC a finalement dit NON au projet. Comme quoi, vouloir rallier la droite extrême ne fut pas un bon calcul.
Par ailleurs, la Constitution vaudoise révisée il y a peu, a inclus le droit d'éligibilité des étrangers, ce qui n'a pas empêché le texte d'être plébiscité par le peuple. La Genève internationale et son canton, qui défendent les questions d'intégration et d'ouverture sur le monde, seraient très peu avisés de consacrer l'immobilisme et de continuer d'exclure 40% de la population et 26% du corps électoral du canton en les privant du droit d'éligibilité communal et des droits de vote et d'éligibilité cantonal.
Il ne faut pas confondre consensus et compromission. Les Verts défendent les minorités, c'est même la diversité qui est une de leur valeur fondamentale.

- Ce nouveau texte consacre (article 112) la possibilité pour le Conseil d'Etat de « solliciter l'appui de l'armée, d'autres services fédéraux ou d'autres cantons à des fins civiles » (sic !). Cela, alors que l'armée n'est mentionnée nommément dans aucune constitution cantonale. Et la Constitution suisse garanti la séparation des tâches de sécurité intérieure et extérieure, en limitant grandement l'usage de l'armée pour des tâches civiles. On se rappelle, à Genève, des massacres de novembre 1932... Et on se pose la question : quelle est l'intention des constituant-e-s en garantissant la possibilité de faire appel à l'armée à l'intérieur en tout temps à des fins civiles non précises ? C'est un véritable danger pour la démocratie et les libertés pour une Genève qui est anti-militariste (la votation 1989 pour la suppression de l'armée avait vu le canton dire massivement OUI), qui a vocation de cité de la Paix et du droit humanitaire. Et les Verts sont un parti qui défend le pacifisme et dénonce les luttes armées. Soyons donc cohérent-e-s !

- Autre problème : le projet de constitution ne prévoit pas de mesures de prévention des violences parmi les tâches de l'Etat.

- Il ne fait pas mention de l'économie sociale et solidaire,
- ni de la souveraineté alimentaire,
- encore moins d'objectifs concrets de diminution des gaz à effet de serre,
- pas de garantie de l'exercice des droits syndicaux sur le lieu de travail : les syndicats ayant s'étant d'ailleurs prononcés tous contre ce projet de constitution.
- Il ne dit rien non plus sur une politique donnant la priorité aux réductions de la consommation énergétique et aux moyens de se passer du nucléaire
- Il propose même un chèque en blanc à la complémentarité des transports publics et privés, et donc on le sait, à la priorité donnée à la voiture. C'est tout le contraire que les Vert-e-s doivent soutenir, avec une politique prononcée en faveur des transports collectifs

- Pire, ce projet aggrave la situation actuelle ! L'augmentation du nombre de signatures nécessaires pour un référendum ou une initiative : en effet, puisque le nouveau projet définit ce nombre en pourcentage d'électeurs, on va vers une augmentation future et constante de ce nombre de signatures... alors qu'on sait que Genève est déjà dans le trio de tête en Suisse quant au nombre de signatures... Et qu'on sait aussi que le Grand Conseil est majoritairement à droite, et que le recourt aux outils de la démocratie directe est un moyen de résistance indispensable...

Finalement, on observe encore dans le projet de constitution, dans les principes des activités de l'Etat, qu'il est précisé que « l'Etat agit au service de la collectivité en complément de l'initiative privée et de la responsabilité individuelle » (art 9,1)

Ce n'est donc rien d'autre qu'un projet néo-libéral de Constitution... auquel il faut clairement s'opposer !

 

 

14:35 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : constituante, mcg, exclusion, étrangers |  Facebook | | | |

26/01/2010

La jeunesse répond présent

Le génie de ce système fondé sur l’insécurité est qu’il est autoalimenté. Plus on ressent de l’insécurité, plus on est matérialiste ; et plus on est matérialiste, plus on ressent de l’insécurité.

Nous pouvons être fiers de constater que le peuple, jeunes en tête, s'est mobilisé samedi dernier pour défendre ses droits à Genève lors de la Marche pacifique pour le droit de manifester, et continuera de le faire avec détermination et non-violence. Les lois deviennent toujours plus répressives en matière de manifestation, depuis plus de 20 ans que la droite est au pouvoir dans le canton de Genève. Le gouvernement n'avance pas, mais recule, comme les chants proposés par les jeunes manifestant-e-s l'ont dit : "1 pas en avant, 3 pas en arrière, c'est la politique, du gouvernement !"

S'il est honteux de ne pas avoir pu passer dans les rues basses, la manière dont la police a traité les organisateurs, en ne leur communiquant cette modification de parcours que le soir d'avant, l'est tout autant. Mais, outre le spectre de la dernière manif anti OMC, si nous n'avons pas pu aller dans les rues basses manifester, au cœur de la ville, c'est que la loi votée en 2008 par la majorité de droite dit que toute latitude est laissée au Conseil d'Etat d'examiner «l'ensemble des intérêts touchés» : donc le manque à gagner des commerçants est pris en compte et fait qu'il n'est quasiment plus possible de manifester dans les rues marchandes... Les jeunes manifestant-e-s ont montré leur désapprobation de manière pacifique, mais avec détermination, en multipliant les sitting et autres chants inculpant les responsables, Mme la Conseillère d'Etat I. Rochat en tête.

Le profit, la droite et la police, même combat idéologique !

Pour des questions de sécurité et de profit marchand, des jeunes n'ont pas pu manifester auprès de la population, mais ont été détournés où il n'y avait que des bagnoles...

Venu-e-s avec des fleurs et des drapeaux de la paix, les jeunes manifestant-e-s ont reçu en pleine figure l'image d'une société de la peur, de la sécurité, de la répression et du mal-être social issu de la course au sur-développement et à la sur-consommation. Quant le profit marchand est un élément qui compte plus que le droit de manifester, c'est que la société va mal.

Merci à cette jeunesse citoyenne qui était dans la rue pour combattre cette idéologie de la droite néo-libérale. La résistance non-violente continue, ce n'est qu'un début !

 

MARCHE PACIFIQUE.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rues basses.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

sitting.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

discours sur les droits d'expression.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

marche pacifiste.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

rochat.jpg

 

 

 

 

 

 

Désolé, Mme Rochat, on les a eues les rues basses ! Et sans casse et avec plein de bonne humeur ! Mieux, sans flics tout autour !!

rues basses 2.jpg

00:31 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : jeunesse, capitalisme, droite, droit de manifester, libéraux, mcg, udc, genève |  Facebook | | | |

18/01/2010

Résister à la montée de la droite fascisante

L'heure est grave en Europe, qui est désormais « l’ascenseur pour les fachos ». L'émission choc de la TSR, Histoire Vivante sur le sujet, est à voir absolument.

A Rome, Gianni Alemanno, ancien fasciste, désormais maire de Rome, est salué devant les caméras par des saluts fachistes.

Des Jeunesses néo-nazis foisonnent partout, et même en Allemagne ! L'extrême droite fasciste et néo-nazie est présente désormais dans tous les plus grands pays d’Europe et est aux portes du pouvoir, même souvent à l’intérieur (elle participe à l'exécutif de 4 pays).

Des immigrés se font sauvagement agresser (cf.la véritable chasse aux étrangers menée par des habitants de Rosarno, en Calabre, sud de l’Italie), des annonces immobilières érigent des slogans tels que "Pas d'animaux, pas d'étrangers" qui rappellent les enseignes des magasins allemands interdits aux juifs il y a à peine plus de cinquante ans.

Sur fond de crise des idéologies, de récession économique mondiale, de dérèglement climatique et donc de menace d’une arrivée massive de réfugiés, l'Europe vire à droite toute et n'hésite plus à flirter avec l'extrême droite fasciste et néo-nazie.

La Suisse n’est pas en reste. La récente victoire de la droite xénophobe pour l’interdiction des minarets n’est que la pointe de l’iceberg. Désormais cette nouvelle drappel1.jpgoite sans complexe veut expulser de Suisse tous les étrangers qui commettraient un délit (ne serait-ce qu’un vol à l'étalage). Initiative issu de l’UDC mais soutenue par tous les partis de la droite libérale-radicale suisse, centre compris avec un PDC qui surfe mieux que quiconque sur les pas de la surenchère islamophobe populiste avec son hyper-médiatique président.

La Genève 'internationale' n'est pas en reste : les partis populistes (MCG et UDC) et la droite libérale qui sont au pouvoir se sont unis pour présenter des projets de loi visant à restreindre le droit du peuple de manifester contre les vrais responsables des crises mondiales, instrumentalisant la violence lors du dernier défilé anti OMC pour arriver à leurs fins.

Alors que dans toute l’Europe ont lieu sous nos yeux des défilés de fascistes d’extrême droite, alors que partout en Europe des personnes migrantes sont érigées en boucs émissaires, la droite populiste et libérale genevoise s’en prend au droit démocratique le plus élémentaire, celui de manifester et d’exprimer publiquement son désaccord contre les vrais responsables de la crise.

Nous ne pouvons rester les bras croisés devant cette prise d'otage de la démocratie par la droite fascisante.

Pour lutter contre ces projets anti-démocratiques et fascisants, nous vous proposons de venir manifester de manière non-violente avec nous le 23 janvier 2010 à Genève lors de la Marche pacifique qui a deux objectifs précis, soit dire clairement :

NON à l’interdiction de manifester et à la liberté de se regrouper !

OUI à l’expression non-violente de nos revendications contre les responsables de la crise mondiale !


Merci de votre participation active à cet évènement ! Rejoignez dès à présent l'événement facebook !

 

 

 

mussolini-berlusconi.jpg« Mussolini n’a jamais tué personne ! Tout au plus, il se contentait d’envoyer des opposants en vacances… » a dit Silvi « TV » Berlusconi

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1508eu1.jpg« Nous devons être conscients de la supériorité de notre civilisation, un système qui a garanti le bien-être, le respect des droits de l’Homme et – au contraire des pays musulmans – le respect des droits religieux et politiques » S. Berlusconi

 

 

 

 

 

 

 

 

vic150aa.jpgDimanche 22 Mars 2009, l’Alianza nacional de Gianfranco « Ducinella » Fini, l’auto-proclamé « post-fasciste », fusionne avec Forza Italia de Berlusconi pour former le Popolo della Liberta.

Si la France a sa droite décomplexée, l’Italie a son fascisme à visage humain… enfin pas trop bronzé le visage !

13:55 Écrit par Julien Cart dans Politique | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : fascisme, nouvelle droite, libéraux, mcg, udc, nazisme, populisme |  Facebook | | | |