10/07/2013

Holacracy non merci !

ATTENTION : Les ‪techniques‬ ‪managériales‬ américaines débarquent dans nos ‪‎associations‬ (par exemple, Colibris) avec leurs hordes d'avocats prompts à défendre leur image : ‪‎Holacracy‬ non merci !

Je tiens à vous faire part de ma mésaventure assez illustrative, arrivée ces jours suite à mes critiques émises sur l'Holacracy sur facebook & twitter.

M'étant fendu d'un statut plutôt gentillet sur la question (voir ici : http://t.co/pngD7owlph), les gérants de la marque commerciale Holacracy en Europe, Igi Partners, premier partenaire de HolacracyOne dès 2011, la société qui a inventé le mot Holacracy en 2007 aux USA et permis à une société en informatique baptisée Ternary Software de croître jusqu’à engranger plus de deux millions de dollars de revenu annuel, m'ont de suite contacté et menacé d'un procès en diffamation :

"Objet : Urgent pour action : diffamation sur votre profil facebook

Bonjour,

Des documents présents sur votre profil facebook contiennent des expressions diffamatoires,
et je me permets d'attirer votre attention sur ce point.

Il s'agit notamment du profil facebook hébergé à cette adresse :
https://www.facebook.com/julien.cart/

Et du statut rédigé il y a 20h, à proximité de Versoix, sur votre mobile.

Les expressions “le prêtre de l'holacraty dans le monde francophone”, “et des gens s'en mettent plein les poches” (liste non exhaustive)
sont des diffamations au titre du texte de loi, l'article 29 de la loi 1881.

L'accusation envers Monsieur Chiquet et IGI Partners est une accusation grave, qu'en cas de plainte pour diffamation, il vous faudra prouver en justice (ce qui sera difficile, vu que Monsieur Chiquet et IGI Partners sont sincères dans leur communication, ne cherchent à convaincre personne et ne font aucune fraude).

Je vous demande le retrait immédiat de toute mention explicite
ou implicite à notre sujet dans vos communications et dans ce document.
En cas de non observation de cette demande dans les plus brefs délais,
notre avocat devra se saisir de ce dossier pour une action judiciaire.

Je vous remercie par avance de votre RAPIDE intervention.

Margaux Igi,
Partenaire chez IGI Partners"

 

J'ai bien sûr rapidement répondu, avec les sages conseils d'un ami qui s'y connaît quelque peu en droit (que je remercie pour son soutien), que j'étais pour le moins surpris de leur réaction, que la notion de prêtre n'est pas diffamatoire, pas plus que le fait de gagner beaucoup d'argent, et que je pense être en droit d'exprimer un avis critique sur l'holacracy que cela plaise ou non à ses propagandistes.

Il est clair qu'avec leur tentative de censure de propos qui les déplaisent, ils montrent un visage pour le moins désobligeant pour une marque qui est censée proposer aux entreprises d'autres manière de fonctionner que le système traditionnel.

J'attends donc de voir quelle suite ils donneront - si plainte ou pas il y aura. Ce procès serait une mascarade et ils se tireraient une balle dans le pied : la liberté d'expression étant elle aussi garantie par le code civil suisse. Mais, en tout cas, cette triste manière de réagir montre que ces personnes sont prêtes à tout pour préserver leur image - quitte à s'en prendre à de simples personnes écrivant sur un statuts facebook leur méfiance vis-à-vis d'un organisme et ou simplement d'une théorie quelconque, en l'occurrence ici une théorie managériale. Un tweet qui d'ailleurs a semblé suffisemment pertinent pour que des personnalités, non susceptibles d'être traitées de gauchistes, s'y intéressent, puisque par exemple, Stéphane Benoit-Godet, rédacteur en chef du  journal économique Bilan, a retweeté mon statut (cf. capture d'écran ci-après), qui fut donc référencé sur sa page de Bilan.

igi-partners.JPG

 

Evidemment cela renforce encore ma méfiance envers cette machine qu'est l'Holacracy, ses avocats et ses dirigeants - qui n'ont je crois, rien n'a nous apprendre en matière de communication, comme ils l'ont démontré par leur menace puéril à mon égard.

 

Si malgré tout des personnes et des organisations proches du milieu associatif que je fréquente seraient tout de même intéressées à utiliser leurs procédés pour améliorer l'efficacité de leur travail, je leur souhaite sincèrement d'y trouver ce qu'elles y cherchent, sachant néanmoins que, bien souvent, il n'est pas utile d'aller jusque dans les théories managériales américaines néo-libérales pour trouver notre bonheur pour fonctionner harmonieusement entre nous dans nos petites structures :)

Meilleures salutations ensoleillées en ce temps de vacances,

Julien Cart

15:25 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook | | | |

Commentaires

Très bon article et révélateur d'un monde qui perd carrément la boule La manière utilisée pour vous contraindre à faire marche arrière ressemble à s'y méprendre à une manœuvre d'intimidation domaine ou excelle si bien l'Eglise de Scientologie

Écrit par : lovsmeralda | 10/07/2013

Êtes-vous bien certain de l'orthographe de "Holacracy?"?
Et si il s'agissait plutôt de "Holà! Crazy!"... Cela expliquerait certaines choses, non?

Écrit par : Baptiste Kapp | 11/07/2013

Bonjour Monsieur,

Merci de votre article/commentaire qui m'a permis d'aller plus en profondeur et de réfléchir.
Lorsque j'ai lu vos commentaires sur Facebook, “traitant” Bernard Marie de “prêtre” et “des gens s'en mettent plein les poches”, j'ai été surprise et en colère. J'ai alors réagi, cela n'ayant rien à voir avec vos propos contre l'Holacracy mais bien ceux qui étaient à l'encontre de notre organisation et de ses partenaires.
De plus, je ne comprenais pas comment une personne pouvait juger quelqu'un, que ce soit une personne morale ou physique, sans même avoir pris le temps de discuter avec elles et de comprendre ce dont il s'agit.
Ma réaction a donc été, comme vous avez pu le constater, de vous envoyer ce message afin que vous supprimiez tout bonnement ces propos faux de Facebook. Mon intention n'était pas de porter atteinte à votre liberté d'expression et je comprends la violence que vous avez pu ressentir en le recevant.
Il est maintenant clair pour moi que ce n'était pas la chose la plus appropriée à faire et je vous prie de m'en excuser. Ce message a, du coup, coupé court à toute forme de dialogue qui aurait pu naître de la situation, comme Bernard Marie vous l'avait proposé en commentaire sur votre statut Facebook.
Je vous informe donc que, même si je suis en désaccord total avec vos propos et que je trouve ceux-ci insultants envers la société dans laquelle je travaille et son fondateur, je ne poursuivrai aucune action en justice, contrairement à ce que je vous ai exprimé dans mon message par email.
Et je m'arrêterai là.
Vous êtes libres de vous exprimer. Je vous invite cependant, avant de porter des jugements hâtifs, à explorer plus en profondeur les choses et discuter préalablement avec les personnes que vous vous permettez de remettre en cause et que vous ne connaissez même pas.
Sachez seulement, Monsieur, que les entreprises ne sont pas toutes de “méchants” capitalistes qui souhaitent s'en “mettre plein les poches”. Et je souhaite que tous ceux qui apportent une réelle valeur au monde afin qu'il change - peu importe leur forme juridique (entreprise ou association) - puissent avoir les ressources nécessaires pour le faire.

Bien à vous,

Margaux,
Partenaire chez IGI Partners

Écrit par : Margaux | 13/07/2013

Bonjour Julien. Je travaille avec HolacracyOne et je voulais juste avertir les lecteurs de votre blog qu'en réponse à votre post, Brian Robertson, co-fondateur d'Holacracy, a publié une réponse. Elle est visible sur votre profile Facebook: http://j.mp/18pL5Gt

--

Bien cordialement!
Olivier

Écrit par : Olivier Compagne | 18/07/2013

Magnifique!

Margaux est un être humain avant d'être l'adepte-partenaire de HolacracyOne.
Attaquée, elle dit qu'elle n'est pas contente! Elle se fâche! Elle "incendie " celui qui est le responsable de son courrou.

Oui, bien que partenaire, elle n'a pas compris totalement le Message "divin" de l'"Holacratie". Alors le gourou intervient, il apaise, il...

Et Le Grand Gourou gentiment dit,
Maude! Pensez toujours "Holacracy"!
Alors, son courrou elle a repris
Puis son Amour, elle dit. Elle écrit
Avec des mots couverts de sucreries.
Tandis que son moi, lui, est parti.

Le texte de Maude est vraiment "too much perfect"
C'est une annonce que ne renierait point une secte!

Écrit par : Baptiste Kapp | 19/07/2013

rbonjour, je suis tombé sur ce site par hasard car je pense qu'il est urgent que ce que l'on appel entreprise soit gérer differement car j'ai pu observer au cours de differente experience en milieu dit professionel de la violence gratuite, l'impression de sous exploiter mes capacités, des incoherences et des contradictions dans le discours de mes "supérieurs", formateur, éducateur, professeur, et parent. par exemple lorsque je compare ce que l'on me disait étant enfant sur le travail et ce que j' ai vu du travail. quand je disai" je veux etre infirmier", j'ignorai qu'une infirmiere pouvait bacler un soin juste parce que la personne affaibli par une pathologie etait "Roumaine". je croyais que l'infirmier(e) faisait des piqure pour guerir les maladies, faisait des pansements pour aider les plaies a cicatriser, ecoutait les blessés et trouvait les mots pour qu'il retrouve la force necessaire à leur rémission. on ne m'avait pas dit que ces traitements n'étaient accordés qu'en fonction d' une certaine nationalité ou d'un chiffre écrit sur un compte administré par un humain dont la fonction était banquier.

Écrit par : irk | 05/12/2013

Les commentaires sont fermés.