06/08/2012

La politique d’égalité entre les sexes n’a pas besoin de Markus Theunert

Quel plaisir de revenir ce week-end de vacances et d'apprendre que le masculiniste suisse Markus Theunert, premier délégué aux questions masculines en Europe (et espérons, le dernier), président de Männer.ch, a démissionné après 3 semaines de service, pour incompatibilité avec sa charge de président du lobby des hommes. Tant mieux pour lui : il aura davantage de temps pour militer pour le porno à l'école au sein de son association.

Pour mémoire, ce psychologue, alors seulement président de Männer.ch, avait defrayé la chronique en rivalisant de bêtise avec la Jeunesse socialiste suisse - qui elle aussi avait prôné en 2010 le recours aux films pornos lors des cours d'éducation sexuelle à l'école... Ses propos sont resortis dans la presse, et ce dernier a dû choisir entre la présidence de Männer.ch et son poste de délégué.

S'il faut déconstruire avec les élèves les normes machistes de la pornographie comme les normes sexistes qui régissent tant de pratiques dans nos sociétés (publicité, prostitution, etc.), reste à savoir comment s'y prendre, à quel âge et par quelle entremise. Des choses se font mais pas assez, en témoignent les agressions et viols collectifs notamment, qui sont filmés par les élèves eux-mêmes et publiés sur internet. Il faut donc une prévention dès les premières années sur ces questions pour que les élèves soient formé-e-s pour (se) mettre des limites, connaître leur corps, et être capables de dénoncer si cela arrive des situations qui dégénèrent.

Mais est-ce que pour donner l'exemple d'ébats amoureux respectueux et égalitaires il faut passer en boucle sur un écran ce qu'il ne faut pas faire ? Cette idéologie du porno à l'école est masculiniste : il n'y a qu'à voir de qui elle émane, du président de Männer.ch, le lobby des hommes... A peine rentré en charge, voilà qu'il émet déjà une idée inquiétante, à la solde de l'industrie pornographique, qui n'avait pas besoin de cela pour fleurir. Une idée anti-pédagogique par essence. Il est bien plus pédagogue d'induire les bons comportements aux élèves. Les comportements sexistes doivent être décrits et dénoncés comme mettant en danger l'intégrité physique des personnes, mais donner une place visuelle à ces pratiques est totalement contre productif. Ce serait quelque part reconnaître que ces films ont une valeur pédagogique (comme un documentaire sur la guerre ou l’Holocauste, qu'il faudrait visionner pour prendre conscience d'une horreur) : or...

Ce "Monsieur Egalité" a donc choisi de démissionner. Et la presse people suisse s'est empressée de venir à son secours, avec notamment un article fascinant dans Le Matin, qui nous pose question : qui d'après vous, dans cet interview, est le plus masculiniste : Markus Theunert ou le journaliste du Matin ?

"- En démissionnant, ne montrez-vous pas que le sexe fort est faible?

- Je n’en sais rien. J’ai dû prendre une décision, je l’ai prise. Mais je regrette cette issue: j’aurais fait du bon boulot."

 

Mais la caste masculiniste ne s'arrête pas aux journalistes au Matin : à Genève aussi, le masculinisme a ses défenseurs acharnés. Le bien connu sur les blogs de la Tribune, l'homministe John Goetelen, n'a pas digéré cette démission et demande celles de Mesdames Trachsel et Durrer qui auraient fait preuve de "partialité", de "dénigrement du masculin" (sic!), et auraient "diffusé des informations inexactes" qui "montrent le mépris de l’égalité réelle et l’esprit clanique" du Bureau de l'Egalité... Touchés dans leur masculinité, Goetelen et Theunert vont-ils porter plainte pour "atteinte à la virilité" comme un homme en Italie, qui a obtenu réparation après que son cousin l'ait accusé de « ne pas avoir de couilles » lors d’une dispute...?

Mais nous avons gardé le meilleur pour la fin. Voilà que Markus Theunert himself s'est vu offrir généreusement (en pauvre victime qu'il est désormais pour les médias) une Carte Blanche dans le Politblog, dans laquelle il s'attaque ouvertement au féminisme égalitariste, tout en prétendant ne pas le faire:

"Les polémiques avec les « femmes égalitaristes » sont ainsi, dans une certaine mesure, une querelle de représentants."

Alors qu'il affirme :

"Le féminisme égalitariste, qui leur semble ringard, ne correspond plus à la réalité de leur vie de femme ouvertement émancipée."

 

Mais entendons-nous bien, ce n'est pas les hommes qui profitent des privilèges qu'il faut blâmer, mais le système !

"Entendons-nous bien : il subsiste des discriminations, par exemple les inégalités de salaire, qui sont indignes d’une société moderne. Mais ce ne sont pas « les hommes », ces prétendus profiteurs, qu’il faut blâmer pour cela, mais bien plutôt le système qui laisse perdurer ces inégalités."

 

Donc pour résumer, selon le masculiniste "une politique d’égalité entre les sexes n’a pas besoin de lutte", le sexisme ne concernerait plus que quelques problèmes tels que "les différences de salaire" et les hommes ne sont pas responsables des inégalités, mais c'est "le système" qu'il faut incriminer ! Quel affront fait aux luttes féministes, quel manque de conscience des combats qui restent encore à mener pour atteindre l'égalité dans les faits (exploitation du travail domestique, exploitation de la reproduction, ou réifiante : pornographie, publicités sexistes, etc.) ! Le réflexe masculiniste habituel de rejet des responsabilités masculines en matière d'oppression entre les sexes : on rejette toute responsabilité dans un système oppressif sans remettre en question les comportements de ceux qui en sont responsables, à savoir ceux qui défendent leurs privilèges, soit les hommes. Alors qu'il faudrait davantage s'ouvrir à l'empathie en prenant conscience de nos privilèges et en changeant de comportement : we can do it too !

Donc Markus Theunert se trompe, il aurait dû plutôt dire :

"La politique d'égalité entre les sexes n'a pas besoin de Markus Theunert"

16:14 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (14) | Tags : égalité, féminisme, masculinisme |  Facebook | | | |

Commentaires

Pauvre Julien Cart, vous vous attaquez ici à un sujet qui visiblement vous dépasse ou, en tout cas, sur lequel vous manquez pour le moins de recul et de lucidité.
Je sais que c’est le privilège de la jeunesse de penser qu’on a tout compris sur tout et donc d’avoir des avis définitifs sur des sujets qui n’ont pourtant jamais fait l’unanimité. Et je ne parle même pas de cette volonté (inhérente plus particulièrement à vos…milieux) de faire le bonheur des gens contre leur gré, au nom d’une supposée supériorité morale et éthique.
Et comme par ailleurs, la modestie ne semble pas faire partie de vos atouts, on se retrouve avec un article bourrés de certitudes et de clichés alors que son propos consiste justement à dénoncer les idées préconçues.
Bref, sur ce coup là, vous êtes dans le champ et même si j’imagine que vous ne l’admettrez jamais, vous feriez bien de prendre un peu de la bouteille avant de vous engager sur des sujets aussi scabreux et complexes.

Écrit par : Vincent | 06/08/2012

Et vous cher Vincent Donzé, journaliste au Matin découvert, pensez-vous avoir pris de la bouteille dans ce journal populiste, peut-être ?

Écrit par : Julien Cart | 06/08/2012

Vincent qui ?

Moi je ne me suis pas permis de vous insulter, alors que vous en me traitant de journaliste au Matin.....

D'autant que s'il y avait des (véritables) journalistes au Matin, ça se saurait. Même vous, vous seriez au courant....

Écrit par : Vincent | 06/08/2012

A désolé, je ne pouvais pas savoir : les blogs ne peuvent plus être anonymes, mais malheureusement c'est toujours le cas des commentaires, qui démontrent bien le peu de courage de certains pour assumer leurs piètres propos...

Écrit par : Julien Cart | 06/08/2012

Merci pour ce billet, Monsieur Cart. Il est, à mon avis, très important de porter l'attention sur les thèmes que vous abordez.

Écrit par : Marie Silenia | 06/08/2012

" La politique d’égalité entre les sexes n’a pas besoin de Markus Theunert " ... oui mais alors pourquoi donc cette politique aurait-elle encore besoin de "déléguées à l'égalité", ces féministes qui véhiculent des images rétrogrades et mènent des combats d'arrière-garde ?

Mettre dans le même panier, masculinisme, machisme et surtout ... pornographie, il fallait oser !

Vous est-il venu à l'idée que les hommes pouvaient eux-aussi être discriminés dans la société ?

Que savez-vous des pères divorcés qui se débattent dans les méandres de la justice pour faire valoir leurs droits les plus élémentaires, ceux de voir leurs enfants ?
Ces hommes qu'on appelle des pères, mais dont le rôle se résume encore à la seule obligation qui vaille selon les féministes, celle de verser ponctuellement des pensions alimentaires !
La condition paternelle serait-elle exclue de ces problèmes d'égalité ?
Dans le cas contraire, qui défendra cette cause ?

La société ne progressera pas tant qu'on ne comprendra pas que l'égalité n'est pas simplement une opération mathématique, ni une règle de droit, mais avant tout une question de respect d'autrui, de respect entre hommes et femmes. Et ce respect se décline à toutes les sauces et dans tous les domaines.

" Le respect ça change la vie ! " ... nous le rappelait un slogan.

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 06/08/2012

Non, au contraire, j’assume parfaitement mon anonymat vu que je fais partie de ces personnes qui estiment (contre l’aire du temps il est vrai) que le message est plus important que le messager. Et comme personnellement je ne suis en quête d’aucune reconnaissance, je ne vois pas l’intérêt de fournir autre choses que mes commentaires.

Ceci dit, je veux bien comprendre que cette façon de voir les choses échappe complètement à l’ambitieux politicien en herbe et en quête de visibilité que vous êtes.

Mais, oups, je viens à nouveau de vous critiquer et donc de tenir des « piètres propos »….

Écrit par : Vincent | 07/08/2012

Bravo à Jean d’Hôtaux pour vos commentaires mais il semblerait que Julien Cart ait décidé d’être l’Homme qui défend les féministes dans tous leurs combats (même les plus utopiques) en s’en prenant (bêtement et avec un certain manque de respect il est vrai) à ses semblables.

On mettra cette posture sur le compte de sa jeunesse et de son inexpérience, à moins que cela soit sa façon de tenter de se faire remarquer par nos biens aimées représentantes du sexe opposé....

Écrit par : Vincent | 07/08/2012

Les féministe, Jean d'Hôtaux, se battent justement pour le congé parental partagé, entre femmes et hommes. Pour que les pères puissent s'engager dans l'éducation des enfants et les tâches domestiques dès l'arrivée de l'enfant. Je me réjouis de vous voir avec les masculinistes de Männer.ch, revendiquer vous aussi un congé parental partagé comme le propose le modèle suédois notamment.

Écrit par : Julien Cart | 07/08/2012

Par soucis d'égalité on devrait greffer un utérus aux hommes et une bite aux femmes.

Blagues mises a part c'est intéressant de voir que vous trouvez les pires ennemis du féminismes parmi des comportements marginaux de notre société ou l'égalité est au moins un acquis légal et de principe, tout en passant totalement sous silence certaines cultures considérés comme "une chance pour l’Europe" chez qui la femme est officiellement un "sous-homme" avec des droits de 2nd zone.

Ca doit être un conflit d’intérêt difficilement gérable pour des dogmatiques...

Écrit par : Eastwood | 08/08/2012

Bizarre... ne connaissant ni le monde du masculinisme suisse (ça existe ça?) ni Markus Theunert, ce n'est pas pour commenter sa décision par ailleurs tout à fait licite dans un monde libre

mais pour mettre votre discussion bizarre en parallèle avec ce qui se passe du côté nord-Afrique / & donc en Suisse, vu sa population nord-africaine grandissante

soit un article de la nouvelle constitution tunisienne, qui leur prépare une burka fichtrement démocratique, grâce aux députés Ennahda

revenant sur le principe d'égalité entre hommes et femmes avec ce bel adage:

"l'État assure la protection des droits de la femme
sous le principe de complémentarité avec l'homme au sein de la famille en tant qu'associée de l'homme".

Qu'en pense le masculinisme suisse?

Écrit par : Pierre à feu | 11/08/2012

Votre in formation concernant Markus Theunert est inexacte. Vous le savez certainement puisque vous m'avez lu. Je l'ai moi-même précisé. Il s'agit de dépénaliser le fait que des parents ou des éducateurs puissent visionner certains films pornos pour déconstruire la forme de sexualité proposée tant par les acteurs que par les actrices. Il ne s'agit donc pas d'introduire la porno à l'école, Cette première info venait d'un journal alémanique dont le but n'est pas encore clarifié. De plus la proposition n'a pas été faite par l'association maenner.ch après l'entrée en fonction de M. Theunert comme délégué aux questions masculines, mais il y a des mois avant même son engagement.

Vos amalgames sont poisseux. Mais dans les cantines fascisantes c’est habituel de faire des amalgames poisseux.

Écrit par : hommelibre | 11/08/2012

hommelibre, pour le cas où votre aimable remarque sur les amalgames poisseux et autres cantines fascisantes me serait destinée, précisons que

- je n'apporte aucune info concernant ce monsieur MT, donc rien d'inexact à son sujet
- n'ai pas lu votre article. lequel d'ailleurs ?

Écrit par : Pierre à feu | 11/08/2012

@ Pierre à feu:

Non, ma remarque concerne l'article, pas votre commentaire.

Écrit par : hommelibre | 12/08/2012

Les commentaires sont fermés.