25/04/2012

En France et à Genève, l'extrême droite dicte sa loi

Lorsque l'économie va mal, on trouve des boucs-émissaires. C'est le cas actuellement dans la campagne présidentielle en France et dans celle de la Constituante à Genève : c'est désormais la mode, les droits politiques des étrangers sont instrumentalisés à des fins xénophobes et populistes. En France, la fascisation des esprits bat son plein, avec un Sarkozy qui extrême-droitise son discours pour rameuter le vote FN... Le Pen et ses électrices et électeurs (qui sont 1 million de plus qu'en 2002 à avoir voté haine, peur et rejet) ne sont plus seuls à danser sur la vague bleue marine : 64% des électrices et électeurs de Nicolas Sarkozy souhaitent une alliance avec le FN pour les législatives.

 

sarkopen.pngJusqu'à quand "Sarkopen" s'abstiendra-t-il de tout compris avec la droite extrême ? Lui qui aujourd'hui fait la Une de Libé, ce journal dit "de gauche" qui titre, avec photo du Président en plein page et le citant : "Le Pen est compatible avec la République"...

La gauche française elle aussi se surprend à tanguer dans les vagues bleues marines... A peine les résultats du 1er tour tombés, Ségolène Royal s'empresse de préciser à sur France 2, lors d'un débat avec Nathalie Kosciusko-Morizet, qui l'interrogeait sur le sujet, que le droit de vote des étrangers n'avait jamais été la priorité du PS alors même que François Hollande avait reparlé du projet d'instaurer le droit de vote des étrangers aux élections locales lors de la présentation de son programme au Bourget, il y a deux mois, le 22 janvier. Un François Hollande qui finalement promet la concrétisation de cette mesure pour 2013...

A Genève, dans le cadre de l'Assemblée Constituante et le débat sur la 3ème lecture, c'est l'éligibilité des étrangers qui est passé à la trappe alors même qu'elle était acquise avec une majorité allant de l'extrême gauche au groupe Radical Ouverture et même au-delà - lire à ce propos la prise de position des Radicaux après la séance plénière du jeudi 10 juin 2010. Dans cet article des Radicaux, on lit d'ailleurs cela : "En 2009 et en 2010, ce sont Murat Julian Alder et Thomas Büchi, membres de la Commission des droits politiques de l’Assemblée constituante, qui ont réaffirmé l’attachement du Parti radical genevois à l’intégration des étrangers par l’octroi de la citoyenneté locale." Mais sans doute, le fait d'avoir fusionné avec les Libéraux désengage ces messieurs de toute parole.... Quant au PDC, lui aussi était en faveur, puisque qu'il avait permis de faire pencher la balance du bon côté lors du vote en deuxième lecture. Mais "quelques téléphones" ont eu raison de leurs positions, comme nous l'apprenait la TDG avant même que débute la 3ème lecture : Béatrice Gisiger, ex-maire d'Onex et cheffe de groupe PDC à la Constituante juge qu'une disposition transitoire qui fera obligation au Conseil d'Etat de soumettre le sujet controversé au verdict des citoyens d'ici fin 2014, évite de braquer les opposants ! Et d'expliquer qu'«au lendemain du vote du PDC, j'ai reçu des coups de fil de membres qui m'ont fait savoir qu'ils voteraient contre la Constitution si l'éligibilité des étrangers y figure.»...
Mais comme en France, la droite et le centre ne sont pas les seuls à courber l'échine devant les populistes de la droite extrême. Certains constituants comme le socialiste Cyril Mizrahi («Si la droite tient ses engagements, nous ne ferons pas de l’éligibilité des étrangers un casus belli», Le Courrier, mardi 17 avril 2012) ne semblent pas se gêner de prétendre haut et fort qu'il fallait monnayer sur cette question de l'éligibilité. Et utiliser les étrangers pour arriver à ses fins, soit que la droite renonce le moment venu aux art. 140, 149 et 150 restructurant la fiscalité communale par l'imposition au lieu de domicile, ce qu'elle fit après que les lamentables tractations aboutissent. Or la vérité tout le monde la connaît : cette éligibilité dérangeait les groupes d'extrême-droite (MCG+UDC), et c'est donc avant tout en vue de céder au chantage de ces extrêmes que le monnayage sur les droits politiques des étrangers a eu lieu.

Un constituant éclairé nous l'explique bien : Michel Ducommun (groupe SolidaritéS): «Il y a ici une nette majorité en faveur de l’éligibilité. Or, on va renoncer à nos convictions sous la pression de groupes qui font leur beurre du rejet des étrangers. Cela va donner une piètre image de cette assemblée!»

ViVRe (Vivre Voter Représenter), qui est un regroupement d'associations et de parti qui luttent pour les droits politiques des étrangers à Genève s'est dit, dans son communiqué de presse, doublement en colère suite aux décisions prises par la constituante d’éjecter du projet de constitution l’éligibilité communale des étrangers :

"L’Assemblée constituante a clairement manqué à ses responsabilités en refusant, en matière d’éligibilité des étrangers, de se mettre au niveau de pratiquement tous les cantons romands qui l’appliquent déjà (Fribourg, Jura, Neuchâtel, Vaud).

Cette démission est d’autant plus regrettable qu’elle a été dictée en grande partie par un marchandage et qu’elle revient à céder au chantage des partis qui font du rejet des étrangers leur fond de commerce.

Du point de vue de ViVRe, le refus de toute avancée en matière de droits politiques des étrangers prive au contraire la Constituante d’un élément mobilisateur fort, dans un canton qui compte 66% de personnes nées étrangères ou de parents de nationalité étrangère."

Une fois de plus donc, les droits des minorités et des personnes étrangères, en France comme à Genève, sont utilisés à des fins xénophobes et populistes, et le monde politique, de gauche comme de droite, cède devant le chantage de la droite extrême.

18:35 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (15) | Tags : extrême droite, étrangers, politique, france, sarkozy, hollande, royal, constituante |  Facebook | | | |

Commentaires

Tu ne fais pas référence à la gauche populiste, un symptôme tout aussi flagrant d'une crise économico-structurelle ? Cher Julien, l'honnêteté intellectuelle ... Mélenchon rentre clairement dans le cadre d'une gauche qui désire réveille le sentiment d'identité, d'appartenance à une communauté définie, précisément comme le font les populistes et nationalistes de droite... Bien que le Front de Gauche soit plus subtil, la conséquence reste sensiblement similaire !

Écrit par : Grégoire Barbey | 25/04/2012

"Mélenchon rentre clairement dans le cadre d'une gauche qui désire réveille le sentiment d'identité, d'appartenance à une communauté définie, "

MDR! Une communauté définie que vous ne définissez pas. Quelle mauvaise foi! Et la preuve que vous n'avez jamais écouté les discours de Mélenchon. Car c'est exact qu'il veut étendre tout le peuple français à la communauté des gens qui gagnent moins de 30000 Euro par mois.

Décidément vous avez toutes les qualités pour vous lancer en politique!

Mélenchon défend les valeurs de la révolution française. On comprend votre haine. Quand on a lu Nietzsche, forcément cela déteint.

Écrit par : Johann | 25/04/2012

"Quand on a lu Nietzsche, forcément cela déteint." Il ne peut y avoir qu'une personne qui ne l'a pas lu pour proférer des clichés de cette taille.

Mélenchon fait son boulot mais de grâces ce n'est pas Jaurès même si parfois il le croit. Il la qualité d'avoir regroupé une gauche qui s'était perdue mais personnellement je le trouve un peu frileux et trop politiquement correct.

J'attends pour voir.

Écrit par : lulu la nantaise | 25/04/2012

Ben voui les extrêmes influence parfois le discours. C'est un peu comme les verts, tout le monde politique se sent obligé d'inclure une touche verdeuse dans son programme ou de composer avec leurs idées alors qu'aux primaires françaises ils n'ont fait que 2% et sont 6% de parlementaires en Suisse... Ça s’appel la dictature des minorités, mais c'est pas fait pour durer. La réduction du CO2 ou stop-nucléaire n'est pas un modèle de société et un programme politique des plus restreint, et pour le reste c'est dans l'extrême rouge.

Écrit par : Eastwood | 25/04/2012

PS: Bien que je sois probablement a son opposé idéologique, je commence a avoir une sérieuse admiration pour Salika Lulu la Nantaise, elle au moins est franche du collard, cohérente dans ses idées, et a des couilles (façon de parler bien sûr).

Écrit par : Eastwood | 25/04/2012

De Grace, ne confondez pas le groupe mcg a la constituante avec le parti. Ce n'est pas du tout la même chose.

Écrit par : Stéphane | 25/04/2012

De Grace, ne confondez pas le groupe mcg a la constituante avec le parti. Ce n'est pas du tout la même chose.

Écrit par : Stéphane | 25/04/2012

Entre Sarkozy qui veut sodom...r la LePen et Hollande qui se fait sodom...r par les islamistes, on est mal barré!

Écrit par : Pierre Noël | 26/04/2012

Pourquoi traiter les partisans de la naturalisation de xénophobes? J'ai la désagréable impression de lire un argumentaire d'une plume qui est convaincue que ceux qui ne pense pas comme elle sont des fascistes, xénophobes ou autres.... navrant!

Écrit par : Riro | 26/04/2012

L'une des principales qualités des enragés tels que vous est de voir le mal partout. Ou plutôt de voir le mal dans tout ce qui n'est pas vous. C'est consternant de stupidité, en plus de ne créer aucune des conditions nécessaires à une approche constructive et solidaire de la mise à l'écart de l'extrême droite. Car une fois que vous avez éructé votre haine de tout ce qui ne pense pas comme vous, que reste-t-il? Rien, une immense vacuité d'idées, de pensée et de stratégie.

Quant au droit de vote et d'éligibilité des résidents qui ne sont pas détenteurs de la nationnalité suisse, c'est un sujet de société que la gauche s'est approprié pour en faire un enjeu électoral. Est-ce vraiment comme cela que le pouvoir pourrait éventuellement se conquérir?

On peut se permettre d'en douter.

Écrit par : Déblogueur | 26/04/2012

"En France et à Genève, l'extrême droite dicte sa loi"

Jamais rien lu d'aussi absurde !

Si à genève l'extrême-droite dictait sa loi, penseriez-vous qu'il y aurait 66 % d'étrangers ????

Écrit par : N'IMPORTE QUOI ! | 26/04/2012

Mélanchon ? la révolution française ? hahahahahaha...

J'y croirai lorsqu'il sera plus copain avec Patrick Buisson mais qui est Patrick Buisson ?

"... il vend ses services à Alain Madelin et François Bayrou" "...Ayant prédit la victoire du « non » à 55 % au référendum français sur le traité constitutionnel européen, il est approché par Nicolas Sarkozy en 2005, alors ministre de l'Intérieur, qui en fait un de ses proches conseillers, équilibrant le gaullisme social d'Henri Guaino, rédacteur des principaux discours de sa campagne présidentielle[2]. Sans poste officiel à l'Élysée, à sa demande, il demeure cependant un collaborateur très écouté du nouveau président de la République, et quitte l'antenne de LCI[5]. Dès lors, Patrick Buisson guide les choix de Nicolas Sarkozy, notamment sur la création du ministère de l'Identité nationale (et de l'Immigration)[6] ou encore dans la conquête du vote Front national via l'élaboration d'un discours sécuritaire ad hoc..."

http://fr.wikipedia.org/wiki/Patrick_Buisson


Maintenant que vous savez qui c'est...je vous laisse lire la suite ... dont la rapport avec N. Sarko...

http://tempsreel.nouvelobs.com/le-dossier-de-l-obs/20120416.OBS6251/melenchon-et-sarkozy-l-ami-commun-patrick-buisson.html

Écrit par : plume noire | 26/04/2012

Le moins que l'on puisse dire à la lecture de cet article, c'est que comparaison n'est pas raison !

À entendre le président Sarkozy, évidemment il est vrai de dire qu'il court (aussi vite qu'il le peut) après les voix du Front national – et tout le monde le souligne.

Ceci étant, je n'apprécie guère qu'on tente de suggérer que la gauche à la Constituante suit la même direction. Je trouve de plus parfaitement déplacé, insultant, calomnieux, diffamatoire, de dire que Cyril Mizrahi aurait été l'originaire de cette stratégie.
Les Verts, les socialistes et les Associations, n'ayant sur cet élément pas toujours le soutien indéfectible de nos autres alliés, se sont à la Constituante battus depuis le premier jour en faveur des droits politiques complets des personnes de nationalité étrangère au plan cantonal. J'ai été de celles et ceux qui ont mené cette bataille, notamment avec Cyril, en commission des droits politiques. Lors du vote de la troisième lecture, ces trois mouvements ont, tous, voté « oui » à la solution trouvée en deuxième lecture, soit les droits politiques complets au niveau communal.
Malheureusement, nous avons échoué. La droite prend ses responsabilités en la matière.

Il est vrai qu'avec ce résultat nous attendions de la droite (majoritaire, faut-il le rappeler) qu'elle revienne en arrière en matière d'imposition communale et du frein à l'endettement. Ce qu'elle fit. Il ne s'agit ni d'un échange, ni d'un accord, même s'il y a ici une convergence entre les résultats espérés : nous regrettons ce que satisfait la droite et nous serons satisfaits sur ce que regrettera la droite.

Pour le reste, je laisse à l'appréciation de l'auteur de cet article si l'utilisation d'une argumentation insultante est une stratégie politique plus digne que les méthodes nauséabondes de M. Sarkozy et Mme Le Pen visant à discriminer, vilipender et… insulter les étrangers.

Écrit par : Florian Irminger, président de la commission de rédaction de l'Assemblée constituante (Verts & Associatifs) | 29/04/2012

"Je trouve de plus parfaitement déplacé, insultant, calomnieux, diffamatoire, de dire que Cyril Mizrahi aurait été l'originaire de cette stratégie."

Toi aussi Florian tu en fais partie. Simplement, Cyril lui l'assume au moins sur facebook et dans les médias.

Écrit par : Julien Cart | 29/04/2012

Les langues se délient sur cet affreux marchandage !

Gérard Sermet, conseiller municipal socialiste à Chêne-Bourg, appelle à refuser le projet de Constitution, lequel a vu "Le droit d’éligibilité aux étrangers au niveau communal [...] passé à la trappe lors de la troisième lecture de la future Constitution [...] suite à un marchandage entre les chefs de groupes de la constituante, digne de vendeurs de tapis, un deal méprisant pour les 40% d’étrangers de notre canton a été conclu."

Lettre de lecteur au Courrier à lire dans son intégralité ici :

http://www.lecourrier.ch/98042/trois_fois_non_a_la_future_constitution#comment-88

Écrit par : Julien Cart | 30/04/2012

Les commentaires sont fermés.