25/03/2012

Le machisme selon Décaillet

Dans son dernier blog, M. Pascal Décaillet est simplement fidèle à lui-même, et se fait le chantre du machisme politique contemporain, la figure de proue du sexisme ordinaire institutionalisé. Ce que nous explique ce bon Décaillet, c'est que quand une femme est élue, serait-elle aussi compétente et aguérrie qu'Anne Emery-Torracinta, c'est à cause d'un complot au nom de la parité, même si ledit parti n'a pas ancré cette règle dans le marbre de ses statuts (sic!).

Mais finalement il faut le laisser se croire le roi du monde à Genève, et faire ses petites émissions où il daigne nous faire part de toute sa culture : cela lui donne l'impression d'exister et de servir le bien commun - je suis même persuadé qu'il est de bonne foi. Une foi bien udciste, bien conservatrice, bien morale et misogyne comme il faut. Un petit Décaillet éconduit car il ne pourra pas voter ce cher Tornare, cet Homme qu'il vénère tant car il est si compétent (lisez, il sait si bien réseauter).

Normal, me direz-vous, qu'on apprécie quelqu'un qui nous ressemble, n'est-ce pas M. Décaillet ! Vos connivences avec Barbier-Mueller (qui détient Léman Bleu, et soutient les campagnes du PLR) et la droite ultra-libérale conservatrice et xénophobe d'un de leur éminent ami Tito Tettamanti, ce grand ami de Christophe Blocher, se sont une fois de plus vues étalées au grand jour lorsque vous avez défendu avec tant de coeur ce pôvre Mark Muller...

Mais, un Décaillet tout content de nous apprendre que sa nouvelle coqueluche socialiste, Tornare ayant été éconduit par un méchant réseautage féministe (lâchons le mot, un horrible complot misandre), a un nouveau visage, d'Homme s'entend... Enfin nouveau... On a eu l'occasion à maintes reprises de le découvrir sur Léman Bleu, lui qui y avait un abonnement quasi journalier : "Et la nouvelle présidence de Romain de Sainte Marie s'annonce prometteuse d'un nouveau militantisme qui fait plaisir à voir."

Décidément, le journalisme version décaillet aura au moins le mérite d'être toujours capable de nous étonner dans sa capaciété à élever la médiocrité, le copinage et le machisme ordinaire au rang de valeurs journalistiques objectives.

23:46 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : machisme, politique, féminisme, parité |  Facebook | | | |

12/03/2012

Blogs TDG, parents pauvres d'une presse dirigée par les lobbies

Lors du changement de configuration du site de la Tribune de Genève, au début janvier, j'écrivais (par mail) au rédacteur en chef adjoint de la Tribune (Tristan Cerf) et à celui du web, concernant le référencement des blogs dans le nouveau portail de la Tribune de Genève, où je dénonçais le fait que le nouveau portail électronique de la Tribune ne mettait plus en avant les blogs comme auparavant... en effet, plus aucun signet en haut du site n'apparaissait pour renvoyer à la page de garde des blogs.

Il semble que cette crainte de voir mis de côté la parole des nombreuses blogueuses et blogueurs, ainsi que le débat public qui l'accompagne, ait été encore confirmée par la nouvelle politique proposée par la Tribune depuis lors, qui consiste désormais à "référencer sur la colonne de droite le contenu de quatre à 5 blogs choisis, sous la rubrique "le blog du jour""...

Cela, je l'apprends grâce à Tristan Cerf, il y a quelques jours seulement, sur facebook (quel manque de professionnalisme !): je le remercie d'entrée de sa très prompte réponse. Deux mois seulement d'attente afin d'avoir enfin l'éminent honneur d'obtenir une réponse de la part de l’intelligentsia des blogs de la Tribune de Genève ! Sachez, Monsieur Cerf, que personne n'est dupe, pas même votre cher et dévoué M. Mabut, qui lui-même se plaignait dès janvier, et ce presque autant que nous de cette relégation (car il s'agit bien de ça) des blogs dans un endroit tout à fait inaccessible sur le site (en bas, tout au fond à droite). Les blogueuses et blogueurs sont relégué-e-s au coin, car les mettre en avant n'est pas rentable.

Même si vous n'y avez pas mis la forme, je vous répondrai sur le fond. En deux mois, le référencement des blogs s'est encore péjoré : la seule référence renvoie à un blogueur, et non à la page de garde, avec tous les blogs. C'est donc encore moins démocratique que vous auriez pu le prétendre si les choses en étaient restées en l'état. Qui plus est, ce sont toujours les mêmes blogueurs qui sont mis en avant : normal, il n'y a qu'une personne responsable des blogs...sans doute pour des questions budgétaires... bravo pour la démocratie à la Tribune de Genève... Mais comme quoi, vous pouviez faire encore pire. Et comme quoi, la Tribune de Genève peut encore nous surprendre en mal.

Ensuite, dans votre réponse, vous essayez d'argumenter pour prouver que votre nouvelle manière d'annoncer les blogs est plus pertinente, et vous dites : "Comme vous le savez si bien, la qualité ne dépend pas de la quantité." Puis vous vous contredisez, montrant bien que vous, vous ne privilégiez pas la qualité, mais la quantité, en disant ensuite : "Je suis persuadé que notre responsable des blogs Jean-François Mabut sera plus à même de vous nommer blogueur d'un jour si vous publiez plus ;-)". Je ne compte pas "publier plus" afin d'apparaître dans vos référencements en bas à droite où personne ne va, rassurez-vous M. Cerf. Mais je ne doute pas que ce même billet trouvera grâce aux yeux des très neutres décideurs de la Tribune, et sera nommé "blog du jour" par vos soins :-)

Bref, la Tribune c'est comme le Matin ou le 20 minutes : ce qui compte, c'est le nombre de clics que vous récoltez avec des articles "journalistiques" bradés à la solde de l'audimat et des sponsors qui vous dictent vos sujets, ce jusqu'au titre que vous leur donnez : quelle triste chose qu'est devenue la presse genevoise...

Mais Monsieur Cerf, vous n'êtes que le maillon utile de l’ogre Tamedia, et de son lot de licenciements qu'il a provoqué et provoque encore, je ne vous en tiendrai dès lors pas trop rigueur. Continuez à nous faire rêver avec vos poli(t)blogs si décalés. Si vous déclarez dans l'un de ceux-ci au titre d'ailleurs fort peu poli, que les indigné-e-s ont été oublié-e-s dès décembre, dites-vous que parfois il vaut mieux n'avoir jamais tellement trop existé - le paysage romand de la presse aura tôt fait de vous oublier lui aussi. Lui qui est si bien gardé par les monopoles des groupes zurichois, ainsi que par un certain
Genevois, Stéphane Barbier-Mueller et la famille Barbier Mueller qui pèse 800 millions de FS selon le magazine "Bilan", qui domine le marché de l'immobilier à Genève (SPG et la régie Pilet Renaud), finance la campagne des candidats PLR, et possède aussi des médias. On lira à ce propos l'interview pour le moins intéressante de Tito Tettamanti (très grande fortune, proche de Christoph Blocher, et qui domine la presse suisse-allemande tout en aidant le nouveau site web très à droite "LesObservateurs") qui explique, parlant de Barbier-Mueller : "Je suis un vieil ami de son père, Jean-Paul Barbier. Dans les années 60-70, nous étions partenaires dans des affaires immobilières, à Genève, notamment. Stéphane détient la télévision Léman Bleu, nous partageons les mêmes idées ainsi qu’un souci pour la culture et les médias. Il est faux de dire qu’il n’y a pas de personnalités en Suisse romande. Mais on les oublie, parfois."

Article à découvrir ici afin de bien comprendre qui détient les rennes de la presse, de l'information et donc dirige les opinions de la population. Ces immenses enjeux avant tout financiers nous portent bien loin des humbles opinions des blogueuses et blogueurs relégué-e-s au fond de la classe, tels de mauvais élèves éconduits. On comprend au moins mieux le dédain évident affiché envers ces derniers.

Les nouveaux chiens de gardes, ces gardiens parfaitement visibles de l'ordre existant, veillent. Ne manquez pas le film qui fait la lumière sur la question, dans les salles de Suisse romande actuellement, notamment à Genève au Spoutnik.

02:29 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (9) | Tags : blogs, tdg, genève |  Facebook | | | |