25/03/2012

Le machisme selon Décaillet

Dans son dernier blog, M. Pascal Décaillet est simplement fidèle à lui-même, et se fait le chantre du machisme politique contemporain, la figure de proue du sexisme ordinaire institutionalisé. Ce que nous explique ce bon Décaillet, c'est que quand une femme est élue, serait-elle aussi compétente et aguérrie qu'Anne Emery-Torracinta, c'est à cause d'un complot au nom de la parité, même si ledit parti n'a pas ancré cette règle dans le marbre de ses statuts (sic!).

Mais finalement il faut le laisser se croire le roi du monde à Genève, et faire ses petites émissions où il daigne nous faire part de toute sa culture : cela lui donne l'impression d'exister et de servir le bien commun - je suis même persuadé qu'il est de bonne foi. Une foi bien udciste, bien conservatrice, bien morale et misogyne comme il faut. Un petit Décaillet éconduit car il ne pourra pas voter ce cher Tornare, cet Homme qu'il vénère tant car il est si compétent (lisez, il sait si bien réseauter).

Normal, me direz-vous, qu'on apprécie quelqu'un qui nous ressemble, n'est-ce pas M. Décaillet ! Vos connivences avec Barbier-Mueller (qui détient Léman Bleu, et soutient les campagnes du PLR) et la droite ultra-libérale conservatrice et xénophobe d'un de leur éminent ami Tito Tettamanti, ce grand ami de Christophe Blocher, se sont une fois de plus vues étalées au grand jour lorsque vous avez défendu avec tant de coeur ce pôvre Mark Muller...

Mais, un Décaillet tout content de nous apprendre que sa nouvelle coqueluche socialiste, Tornare ayant été éconduit par un méchant réseautage féministe (lâchons le mot, un horrible complot misandre), a un nouveau visage, d'Homme s'entend... Enfin nouveau... On a eu l'occasion à maintes reprises de le découvrir sur Léman Bleu, lui qui y avait un abonnement quasi journalier : "Et la nouvelle présidence de Romain de Sainte Marie s'annonce prometteuse d'un nouveau militantisme qui fait plaisir à voir."

Décidément, le journalisme version décaillet aura au moins le mérite d'être toujours capable de nous étonner dans sa capaciété à élever la médiocrité, le copinage et le machisme ordinaire au rang de valeurs journalistiques objectives.

23:46 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (3) | Tags : machisme, politique, féminisme, parité |  Facebook | | | |

Commentaires

Monsieur,
Vous auriez pu ignorer la pirouette de notre bouffon, vous auriez pu la mentionner avec ironie, y faire allusion, l'utiliser pour illustrer votre thèse, il y a mille manières de faire de la politique. Vous avez choisi l'affrontement ! Erreur, sur ce terrain, il sortira vainqueur. La preuve ? Lisez sa réponse dans son billet du jour. Nous avons besoin de ce révélateur. Il est à l'image d'une République glissante et peu sûre d'elle. Ne le vouez pas aux gémonies, écoutez-le ! Sa posture et sa suffisance attirent chaque jour sur le plateau de LB les fats de la République, trop fiers de montrer leur bobine et d'étaler leur vanité aux quelques téléspectateurs en stand by. Ne gâchons pas notre plaisir, ce cirque en vaut la chandelle : il est un mine d'infra-informations.

Écrit par : PHB | 26/03/2012

Vous vous attaquez à un roc pour vous faire valoir. Comme si vous jouiez dans la même catégorie que Pascal Décaillet! C'est un journaliste professionnel, bien informé et passionné de politique genevoise de surcroît (ce qui admirable, vu le niveau des politiques dans ce canton). Vous n'avez, hélas, que des dogmes ou des intentions à lui opposer. C'est très insuffisant. Ici comme ailleurs. Essayez de penser par vous-même!
Quant à la « médiocrité », il faudrait balayer un peu devant votre porte…

Écrit par : jmo | 26/03/2012

Journaliste professionnel n'est pas gage de qualité ! Et au concours du pire journaliste de la république monsieur décaillet serait très bien placé... Evidemment, si on peut parler de journaliste !

Écrit par : Jma | 26/03/2012

Les commentaires sont fermés.