16/02/2012

«Tango», nouveau talk-show sexiste de la TSR

"La femme ne va pas prendre une cuite en public, elle ne va pas dire "casse-toi pov' con!" Yves Nidegger, Conseiller national UDC

"Les quotas c'est une bêtise totale, si les femmes veulent prendre le pouvoir, qu'elles le prennent !" Bernard Nicod

Émission Tango, TSR1, 15 février 2012.

Quoi de plus choquant que le choix de la TSR de créer un talk-show sur la question de la «séduction» visant à «mettre face à face des représentants des deux sexes pour débattre de tout ce qui les sépare et les unit en matière de couple, de sexualité, d'égalité des chances, d'exercice du pouvoir » ? Quoi de plus ahurissant et attérant que le spectacle proposé hier soir, date de la seconde émission Tango, émission au nom pour le moins révélateur qui donne le ton aux "débats" (dans le Tango, c'est l'homme qui guide, tandis que la femme suit)...

Proposer une telle émission et la présenter ainsi, en faisant notamment l'amalgame entre séduction et harcèlement, semble en effet au mieux relever du rêvé tout éveillé : "Bousculée par la contestation féministe, la virilité traditionnelle - courage, force physique, puissance sexuelle - n'est plus ce qu'elle était. L'homme conquérant a perdu de sa superbe, comme il semble avoir perdu les rites et les codes de la séduction. Draguer est même devenu une attitude négative et peut parfois relever du code pénal." Pas si étonnant, puisque cette émission donne la parole à d'éminents anti-féministes à la pointe du masculinisme (ou hominisme), par exemple John Goetelen, le fameux défenseur des mâles qui sévit sur les blogs de la Tribune sous l'appellation "Les Hommes Libres", et qui a co-écrit le Manifeste Hoministe. Pour rappel, « les masculinistes ont pour [...] objectif de diaboliser le féminisme — rendu responsable de tous les maux de la société — et de renforcer les rôles et stéréotypes sexués traditionnels. Dans leur haine et leur hargne à l’égard des femmes, certains masculinistes en viennent même à comparer le féminisme avec le nazisme ». A lire, cet appel à la vigilance envers les résaux masculinistes qui prennent de plus en plus d'importance (en Suisse, la «Communauté d’intérêt Antiféminisme» (IGAF) avait même prévu de participer aux élections fédérales d'octobre 2011).

Cette émission qui se dit de "divertissement" ("Je leur dirais que notre émission n’a pas la prétention de vouloir édifier les populations. On ne se prend pas pour des instituteurs: il s’agit simplement de faire passer un bon moment aux gens, comme au spectacle. D’ailleurs, on nous a félicités d’avoir invité Christian Constantin pour parler de séduction. A contre-emploi complet et à la surprise générale, il a dit des choses tout à fait sensées." Michel Zendali) n'a rien de divertissante : elle ancre dans nos représenations la nostalgie d'un modèle viril traditionnel de l'homme totalement désuet, avec son lot de psychologues, psychanalystes et autres politiques masculinistes appelés à la rescousse pour défendre des valeurs masculines archaïques.

Ce choix d'émission institue la différence des sexes - et donc légitime les inégalités et le sexisme ordinaire. En effet, les messages sexistes constamment diffusés dans les médias ont des conséquences antisociales (lire ce très bon article sur la question). Le choix d'une émission n'est pas neutre, il est délibéré. Les médias sont un des principaux moyens de reproduction et de légitimation de la domination des hommes sur les femmes (réduites à des clichés éculés, à des violences masculines banalisées, etc.) : nous devons donc être attentives et attentifs lorsque des émissions "sans prétentions" contribuent à minimiser les inégalités entre hommes et femmes, et à ringardiser le mouvement féministe !

En effet, regardez les thématiques débattues : l'égalité femmes-hommes ("est-ce que 40 ans de féminisme ont vraiment changé les choses?" ou "est-ce qu'on est toujours dans le guerre des sexes ?"), mais abordée sous couvert de "séduction" de "pouvoir" (cf. les titres des deux émissions)... On peut lire sur la page de l'émission : "Message aux mecs, aux hommes, aux humains à poils quoi (mais pas que),  les femmes ont bientôt conquis tous les étages du pouvoir. On les retrouve chef (cheffe?) de service, cheffe (chef?) tout court, conseillère d'état, conseillère fédrale, directrice d'entreprise. Reste ces questions: exercent-elles le pouvoir comme les hommes? Y parviennent-elles avec les mêmes armes? Bref les femmes sont-elles des chefs comme les autres?"

Regardez les invité-e-s, par exemple lors de l'émission d'hier soir : Nicole Baur, déléguée neuchâteloise à la politique familiale et à l'égalité doit affronter notamment le conseiller national UDC Yves Niedegger et Cedric Annen, le conseiller municipal PLR à Lancy, qui dénonce que le bureau de l'égalité s'occupe "surtout de l'égalité des femmes" (sic!) et propose des cours destinés exclusivement aux élues communales genevoises... Tout cela saupoudré de psychanalystes masculinistes tels qu'Alain Valterio, chroniqueur à Coop Magazine qui pense que "l'égalité n'est pas toujours un progrès" (sic!).

Il faut dénoncer ce mensonge qui veut nous faire croire qu'il s'agit d'aborder de manière divertissante d'importants sujets de société, et que dès lors on peut faire n'importe quoi alors que nous avons affaire purement et simplement à de la propagande ! Diffuser l'idéologie de la différence des sexes (donc de la hiérarchie) amène des violences contre les femmes. La TSR doit retirer cette émission. Nous vous invitons toutes et tous à demander la suppression de cette émission d'un autre âge en rejoignant le groupe sur facebook !

Envie de réagir à cette émission ? Ecrivez votre avis sur le groupe en utilisant l'adresse e-mail suivante : suppression.emission.tango@groups.facebook.com

15:58 Écrit par Julien Cart dans Médias | Lien permanent | Commentaires (17) | Tags : féminisme, sexisme, masculinisme, égalité, divertissement, femmes, hommes |  Facebook | | | |