06/10/2011

Prostitution et UDC ou la morale au service de sa caste

On apprend que l'udc veut « interdire l’offre publique de services liés à la prostitution dans un rayon de 500 mètres aux abords des écoles fréquentées par des mineurs ». Au lieu de s'engager clairement contre la prostitution, ce reliquat patriarcal qui bénéficie du marché capitaliste pour se développer et perpétuer l'esclavage sous couvert juridique, l'UDC préfère cacher la merde aux chats en l'enlevant du regard des enfants transitant dans le quartierspip.php.jpg des Pâquis à Genève. Au nom de la morale petite-bourgeoise, afin de ne pas choquer les enfants, et non parce que la prostitution est dégradante pour les femmes et hommes qui y sont employé-e-s et réduit-e-s pour l'immense majorité, faute de salaire digne.

On lit en effet : "Les prostitutions d’escorte et de salon ne sont pas visées et pourraient continuer à s’exercer puisque soustraites à la vue des enfants" (!!!).

L'UDC explique donc ainsi qu'elle veut préserver la possibilité pour les vieux conservateurs bourgeois friqués à la morale sélective de continuer eux à utiliser les corps réduits à l'esclavage des escortes, dans les hôtels de haut standing- en dehors du regard des enfants : "Seules les formes visibles de la prostitution, comme par exemple le racolage, mais aussi les supports publicitaires, affiches, vitrines et enseignes indiquant que des prestations sexuelles tarifées sont bannies."

Comme quoi on défend sa caste jusqu'au bout, au nom d'une pseudo morale désuette. Dégoûtant.

Il faut au contraire lutter pour l'abolition du système de la prostitution, lequel ne permet pas une manne économique pour les femmes mais est une monétarisation du patriarcat. La légaliser, c’est renforcer les inégalités. A signer le manifeste européen pour s'engager à ne pas être complice du système prostitueur et demander aux personnalités politiques au niveau local, national et européen, d’agir vers une Europe libérée de la prostitution.

Les corps des femmes et des hommes ne sont pas à vendre. Sortons de l'esclavage au nom du fric.

Voici le spot de la campagne :


18:20 Écrit par Julien Cart dans Genève | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : prostitution, politique, interdiction, pâquis |  Facebook | | | |

Commentaires

L'hypocrisie de l'UDC en la matière me donne envie de vomir (on devrait pourtant avoir l'habitude avec eux)... Quant à la vidéo de la campagne du LEF elle est très efficace, mais j'ai eu de la peine à la regarder jusqu'au bout tant les témoignages de ces femmes sont terribles et les "entrepreneurs du sexe" abjects...

Écrit par : littlesunshine | 06/10/2011

Je suis pour la prostitution. C'est un métier comme un autre et c'est le plus vieux métier du monde. Si une femme choisi de se prostituer elle doit, pouvoir pratiquer son art comme n'importe quelle autre personne qui exerce une profession libérale. En Suisse cette activité y est assimilée.
Si à gauche vous voulez jouer les moralisateurs, libe à vous mais sachez que les gauchistes aussi les fréquentent. Un Conseiller d'Etat de gauche s'est d'ailleurs fait voler son argent lors d'un rendez-vous galant chez l'une d'elles.
Certaines de ces dames sont exploitées je suis d'accord avec vous sur ce point.
Leurs maquereau devraient être traduit devant la justice. Mais ne confondez pas le métier et ceux qui en vivent malhonnêtement car tous les métiers peuvent susciter
la même confusion.
Quand aux hôtels de grands standing, les escortes qui y travaillent ne sont pas au smig, je ne pense pas qu'on puisse parler d'esclavage quand on sait ce qu'elles touchent.
Expliquer moi pourquoi de plus en plus d'étudiantes s'adonnent à cette activité.
Je respecte tous ceux qui ne prostituerons jamais parce qu'ils trouvent ça
indigne comme je respecte ceux qui ont fait le choix de se prostituer. Les pauvres filles qui sont exploitées le serait peut être moins si elle n'étaient pas aussi mal jugées par ceux qui de gauche comme de droite veulent nous faire la morale et aussi, souvent même, par ceux qui ont recours à leurs services.

Écrit par : L' Amer Royaume | 06/10/2011

Les escorts, corps esclaves, faut le dire vite. Elles ne bossent pas à la chaîne dans des maisons d'abattages avec des gardes armés pour les empêcher de s'enfuir... C'est plutôt le genre Madame Claude avec des filles on ne peut plus volontaires et très grassement payées, avec parfois un seul client pour tout le week end à St Trop... Mais si l'UDC s'en prend à la prostitution de rue tout en ménageant les salons, c'est peut-être pour ménager le MCG, dont deux des élus gèrent une entreprise de placement de jeunes femmes court-vêtues... Ou alors c'est pour les embêter, j'ai pas encore pigé le truc, là...

Écrit par : Lucide | 07/10/2011

Ce qui est marrant, c'est de comparer la bigoterie catholique de Bertinat, puis de regarder la bigoterie anti-capitaliste de l'auteur.

Les deux sont aussi désespérants l'un que l'autre.

Écrit par : Amusé | 07/10/2011

Les commentaires sont fermés.