29/05/2011

Le procès DSK : révélateur de l'inconscient machiste et raciste des dominants

Personne ne sait encore si Dominique Strauss-Kahn est effectivement coupable des faits présumés de viol et d'agression sexuelle pour lesquels il est poursuivi. Rien pourtant ne dit qu'il est innocent.

On savait que DSK avait des problèmes avec les femmes (les femmes journalistes et secrétaires n'osaient plus demeurer seules avec lui), il a frôlé plusieurs fois le harcèlement, et une plainte de viol a été étouffée contre lui au sein du PS, et par le monde journalistique - sauf un journaliste de Libé, Jean Quatremer, en 2007, qui a été censuré par son journal et a dû publier l'info sur son blog et qui osait le mot "harcèlement". Blog sans suite, qui ne provoqua aucune enquête poussée de journalistes dont certains s'excusèrent de leur lâcheté sur les plateaux TV en plein procès DSK (le rédacteur en chef de Libé, Laurent Joffrin en tête).

Force est de constater que la classe politico-médiatique s'est montrée, dans cette affaire, totalement indifférente à la victime, s'empressant de protéger DSK et prompte à dénoncer le puritanisme amécirain pour évacuer les rapports de forces dans la politique et le pouvoir en général.

Les phrases des personnalités françaises (à lire leurs citations ci-dessous dans un petit "florilège") étaient simplement odieuses envers toutes les victimes de viol, tant le vécu de la présumée victime a été annihilé. Et tant on n'imagine pas qu'un puissant puisse devenir violeur. Il est temps que cette connivence soit dénoncée, et que les femmes qui sont victimes de viols soient soutenues pour porter plainte (ce qui est très difficile et rarement le cas) et que nous améliorions en Europe notre arsenal juridique notamment pour se prémunir du harcèlement sur les lieux de travail qui sont encore monnaie courante.

Affaire-DSK-les-feministes-montent-au-creneau-et-denoncent-le-sexisme_reference.jpgPour ce faire, signons l'appel d'Osez le féminisme, de La Barbe et Paroles de Femmes intitulé "Sexisme : ils se lâchent, les femmes trinquent". Sur ce lien, à signer aussi la pétition des féministes américaines : "souvent ceux qui font partie de l'élite du pouvoir partent du principe que leur influence l'emportera sur la protection juridique et la liberté de disposer de soi dont toutes les femmes doivent bénéficier. Les féministes du monde entier exigent que justice soit faite."

On a parlé, dans l'affaire DSK, de libertinage ou de séducteur, d'un homme qui aime les femmes, ou j'en passe. Oubliant que le viol est considéré comme un crime, ici ou aux USA, et relève donc du droit pénal. On oublie donc de préciser que DSK est accusé de 7 chefs d'accusation, à savoir : «Acte sexuel criminel au premier degré», «Tentative de viol au premier degré», «Agression sexuelle au premier degré», «Emprisonnement illégal au second degré», «Attouchements non consentis», «Agression sexuelle au troisième degré».

La classe politico-médiatique a pris parti pour DSK, et a minimisé l'acte présupposément commis, au nom de la protection du privé, de la critique du puritanisme américain et de la banalisation du sexisme, du viol et plus généralement du patriarcat qui règnent dans les hautes sphères du pouvoir.

C'est bien d'un crime dont est accusé DSK. Le relier au puritanisme est donc bien un révélateur symbolique. Qu'il ait été commis aux USA ou en France, cela ne change rien à la gravité de cet acte s'il est confirmé par la justice.

Donc toute cette affaire a en effet révélé tout un large spectre du fort inconscient patriarcal qui demeure dans nos sociétés, et qui est a lié avec le spectre tout aussi fort et inconscient du racisme de classe, sachant que la victime supposée est Noire, femme de chambre : machisme, racisme et capitalisme néo-impérialiste vont donc de paire et révèlent ce que la société française a longtemps caché, c'est donc un procès qui aura révélé beaucoup de chose au niveau symbolique, de la capacité du système à défendre les puissants et les valeurs les plus nauséabondes sur lesquelles il repose.

Petits florilèges de propos d'hommes blancs et puissants que nous avons entendu :

- J-F Kahn avec son "troussage de domestique" remet en vigueur le de droit de cuissage à la française. Il démissionnera ensuite, honteux du racisme de classe couplé au machisme que recelait sa phrase : logique, après avoir usé du cliché de la «domestique» prête à se faire «trousser» à tout moment par son maître: 

«Je suis certain qu'il n'y a pas eu tentative violente de viol, je ne crois pas à ça, je connais le personnage, je ne pense pas. Qu'il y ait eu une imprudence on peut pas le... (rires), j'sais pas comment dire, un troussage... Qu'il y ait un troussage de domestique, enfin, je veux dire, ce qui n'est pas bien, mais, voilà, c'est une impression.»

"une tentative violente de viol" !!! Un viol qui ne serait pas violent ?!! Quelle honte, lorsqu'on est qui plus est un personnage important comme lui, d'osez dire des choses pareilles en prime time ! Seul courage, il a compris la folie de ses propos et a démissionné. Et les autres ?!!

- En Suisse, on fait pas mieux, avec l'avocat genevois Marc Bonnant, sur la RTS, qui a utilisé la même image que JFK :

«Si cet homme-là ne se rend pas compte que de trousser des chambrières au Sofitel de Washington ou d'ailleurs peut l'exposer, c'est que quelque chose s'est altéré dans sa conscience, ça relèverait de la pathologie.»

Conception selon laquelle le violeur doit forcément avoir un problème pathologique, et DSK par sa position en est exempt, ou alors il faut l'excuser, c'est pathologique...

Mais Bonnant continue et dénonce la «pudibonderie» des Américains: «Comme vous le savez, ils n'ont pas le sens de l'humour, les signes de vitalité de l'homme sont considérés comme autant de péchés, la femme y est sacralisée et sa parole de victime considérée comme une parole révélée.»

- Jack Lang assure qu'il n'y a pas mort d'homme... certes, on est sauvé alors... :S «Ne pas libérer, alors qu'il n'y a pas mort d'homme, (...) quelqu'un qui verse une caution importante, ça ne se fait pratiquement jamais.»

- Jean-Marie Le Guen, membre de la garde rapprochée de DSK, explique que la victime a dû avoir des «hallucinations», «rien de ce qui est reproché à Dominique Strauss Kahn n'est crédible»....

Alors que les USA faisaient normalement leur procédure judiciaire, nous avons entendu des phrases telles que :

- Robert Badinter : une «mise à mort médiatique».

- L'éditorialiste au Nouvel Observateur, Jean Daniel : «Les Américains ne font pas partie de la même civilisation»

- Jean-Pierre Chevènement : «C'est comme ça qu'a commencé l'affaire Dreyfus!»

- On a même parlé d'un «complot international», de la bouche de la républicaine Michèle Sabban, vice-présidente du conseil régional d'Ile-de-France.

- Cette idée de complot a été partagée par le PS, qui cherchait une explication valable pour innocenter son candidat, et d'autres tels que Bernard Tapie, Christine Boutin, l'ex-UMP Dominique Paillé...

- Toujours dans théorie du complot, Claude Bartolone, explique que c'est un coup des Russes, ennemis jurés de DSK au FMI... 

- DSK victime donc : «Tout le monde sait que Dominique Strauss-Kahn est un libertin, qui se distingue de biens d'autres, par une propension à ne pas le cacher (...) Du coup, il y est aisé d'y piéger une personnalité aussi peu résistante aux attraits de la gente féminine que Dominique Strauss-Kahn.» explique le vice-président PS du conseil général de la Gironde, Gilles Savary...

- La palme revenant à BHL «Ce que je sais c'est que rien, aucune loi au monde, ne devrait permettre qu'une autre femme, sa femme, admirable d'amour et de courage, soit, elle aussi, exposée aux salaceries d'une Opinion ivre de storytelling et d'on ne sait quelle obscure vengeance (...) Le Strauss-Kahn que je connais, le Strauss-Kahn dont je suis l'ami depuis vingt-cinq ans et dont je resterai l'ami, ne ressemble pas au monstre, à la bête insatiable et maléfique, à l'homme des cavernes, que l'on nous décrit désormais un peu partout : séducteur, sûrement ; charmeur, ami des femmes et, d'abord, de la sienne, naturellement ; mais ce personnage brutal et violent, cet animal sauvage, ce primate, bien évidemment non, c'est absurde.»

On appréciera le "ami des femmes et, d'abord, de la sienne" :-) mignon.

- Tout aussi grave, l'idée (alors qu'en France 75'000 femmes sont violées chaque année, par des inconnus mais aussi par leur conjoint...) que le viol ou les violences domestiques devraient être considérés comme appartenant à la sphère privée : au micro de France Culture, l'éditorialiste Alain-Gérard Slama se désole :

«Dans les sociétés contemporaines, la Martine de Molière ne pourrait plus dire: "Il me plaît d'être battue", il n'y aurait plus personne pour l'entendre. Je ne dis pas que je le regrette, mais j'observe. Autrement dit les scènes de ménage, les crises domestiques sont de moins en mois considérées comme des affaires d'ordre privé, je ne juge pas, je ne pense pas à l'affaire DSK en disant ça, mais j'observe une situation.»

On finira avec Benoît Rayski, s'exprimant sur Atlantico sur "la virilité de nos présidents et présidentiables" :

«Le pouvoir, on le sait, rend (pas toujours certes) fou, écrit l'auteur. Mais on sait moins que le sentiment de puissance qui l'accompagne augmente dans des proportions non négligeables la puissance masculine des détenteurs de l'autorité. En France, pays où la gaudriole a bonne presse contrairement aux Etats-Unis, ça ne déplaît pas. Bien au contraire.» (...) « Chirac, un gaillard, un homme, un vrai, un hussard», qu'on «imagine culbutant des paysannes sur une meule de foin. Il sait, lui, que les femmes ont besoin d'être un peu bousculées!»

Décidément, il reste du travail pour sortir nos sociétés du machisme et racsime de classe qui les caractérisent.

17:54 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (16) |  Facebook | | | |

Commentaires

L’honneur de la classe politique française est sauf grâce à Clémentine Autin.
Le commentaire sur son blog http://clementineautain.fr/2011/05/23/une-affaire-qui-revele-quelque-chose-sur-nos-representations/ est tout simplement fabuleux de sincérité et de finesse.
Voilà une femme qui devrait être présidente de la République et pas tous ces tartuffes machistes.
Bravo pour ton commentaire Julien !

Écrit par : Alfonso Gomez | 29/05/2011

Je me sens comme Franz Kafka au vu de cette affaire. Mais moi, je me suis réveillée en tant que MANTE RELIGIEUSE!
Merci monsieur Cart! Vous me redonnez un peu d´espoir que ceci n´est qu´un mauvais reve.

Écrit par : Ann Alphabet | 29/05/2011

Absolument d'accord avec vous. Et vous devriez avoir le courage de dénoncer les conneries écrites sur cette plateforme par Philippe Souaille, Maurice-Ruben Hayoun et surtout les billets de John Goetelen, particulièrement abjects dans la défense du Merveilleux-Père DSK et la douce-Mère-qui-pardonne Anne Sinclair...
On savait qu'on était gouvernés par des malades. Aujourd'hui, les malades qui les soutiennent apparaissent au grand jour !

Écrit par : Géo | 29/05/2011

Les femmes font le ménage !
Un lourd reste un lourd
Depuis toujours et plus que jamais
Même au paradis, il vous dira toujours : oui mais !
Non ce n’est pas vrai, il n’y a pas de vision qui prime
En revanche, il y a des visions qui dépriment
Un exemple ?
Nos divisions stériles
Nos désaccords puérils
Sur des questions débiles
La peste ou le choléra ?
L’asile ou l’exil ?
Le poison ou la prison ?
Que choisir ?
Changer le monde ou changer de monde ?
Ça tient en deux mots : sécurité ou liberté.
Toute autre alternative est mensonge éhonté
Malaise social ou foutaise libérale ?
C’est ailleurs qu’il faut chercher le mal
Dans l’attente d’un lendemain qui chante
D’une femme, d’une héroïne ou d’une déesse qui enchante…
Dormez, bonhommes, les bonnes femmes veillent
Elles vous berceront avec leurs plus belles illusions
Parce que vous avez sommeil, dormez ! Bébés !
Ce ne sera pas demain la veille… keep cool !
Faites de beaux rêves, les femmes ont déjà pris le glaive
Pour réparer les pots cassés et séparer l’avenir du passé.
Une paire de dames, peut-être même un carré…
Si le hasard s’y met
Pensez-y et vous verrez
Que les jeux sont déjà faits
Deux gauloises et quelques gitans et gitanes autour
Qui nous parlent encore d’amour !


http://www.lejournaldepersonne.com/2011/05/francois-francaises/

Écrit par : le journal de personne | 29/05/2011

Quel billet courageux ! Merci !

Écrit par : Myriam Hagen | 29/05/2011

Cette affaire est un puissant révélateur.

D'abord que nous ne sommes pas en démocratie. Le nom correct de ce sous quoi nous vivons, c'est oligarchie et ploutocratie. Ceux qui font partie de l'"élite" ont des règles à eux, ils ont des moyens de pression, ils ont le pouvoir pour faire que les lois ne s'appliquent pas à eux. Que ce soit pour les impôts ou pour les crimes. Belle démonstration de Me Vergès : selon que vous soyez puissants ou non, riches ou non, les rigueurs de la loi seront toute différentes. Cf. le japonais assassin et cannibale qui n'a pas été condamné, mais interné puis libéré au Japon. Etonnez-vous, le papa est un important industriel...

Ensuite de la formidable hypocrisie des tous ces membres de l'"élite" qui enfin tombent le masque. Pas un pour rattraper l'autre, comme le rappelle M. Cart et Géo. Un crime n'est plus un crime selon qui le commet. Et tous ces braves gens d'invoquer le coup monté parce qu'ils connaissent leur "ami" qui "aime les femmes". Il aime son pénis et les sensations qu'il lui procure. Que dis-je "il aime"... son pénis décide pour lui, oui. Quelle brillante intelligence! Et il méprise les femmes, il leur manque de respect, il les harcèle, il en agresse au moins une et il tente de la violer. (Je ne parle pas de l'affaire en cours.) Pour Mme Banon, tout le monde de l'"élite" politique et journalistique savait. Et ceux qui savaient viennent nous raconter que cela "ne lui ressemble pas". Et bien oui, cela lui ressemble totalement, au "chimpanzé en rut". Aucun des invités de Thierry Ardisson n'a articulé un mot pour prendre la défense de l'agresseur, comme quoi Mme Banon affabulerait. Tous les invités savaient que le guet-appens est parfaitement crédible. Ardisson confirme la réputation du monsieur dans une interview.

Pitoyables et lamentables propos même du Canard Enchaîné qui se justifie par le secret de la vie privée alors qu'il confond crime (agression sexuelle) et secret d'alcôve et qu'il savait tout de l'affaire Banon bien avant 2007. Merci à tous ces gens d'avoir tombé le masque. Les valeurs de chacun sont ainsi dévoilées. Et ce n'est pas beau à voir.

Écrit par : Johann | 29/05/2011

Géo, laissez tomber avec Souaille. Il ferait tout pour prendre la défense de son saint homme, que dis-je de son messie. A ce titre, la Hongroise est une salope qui se plaint après et pas avant. La bonne musulmane n'en est pas une puisqu'elle ne porte pas un prénom chrétien. Toutes des salopes! Il ne lui viendrait pas un instant à l'idée que ces femmes ont pu avoir peur, de cette peur qui paralyse l'action et la réflexion, qui affole le cerveau en y déclenchant une tempête. "Sais-tu qui je suis? Sais-tu qui je suis?" Mme Nagy elle savait qui IL était et ce qu'elle risquait. C'est le propre des harceleurs par leur pouvoir de mettre leurs victimes dans l'incapacité de réagir sainement.

Et conclusion donc, pour sauver l'empereur dsq, c'est un coup monté. Tellement bien monté que dsq qui a un "grave problème" selon lui-même (tiens, personne n'en parle plus parmi les thuriféraires de dsq) téléphone à l'hôtel pour un téléphone qu'il n'a pas oublié (où avais-je ma tête? - sous le slip...) et qu'il se piège lui-même en beauté. Même qu'il aurait demandé au commandant de bord de retarder le départ de l'avion pour pouvoir récupérer son téléphone. Tant de zèle à vouloir rester à ny! En fait, les comploteurs sont des nazes, sans la complicité active de leur victime, elle s'échappait définitivement en France. Pensez-donc 60 minutes pour avertir la police... tout pour faire foirer le coup. Il était tellement simple pour les comploteurs de faire en sorte que l'alerte soit donnée plus rapidement... mais non!

Un dernier point: effectivement, il ne s'enfuyait pas tellement il était sûr de son impunité. Cela s'appelle de l'arrogance.

Écrit par : Johann | 29/05/2011

"Le procès DSK : révélateur de l'inconscient machiste et raciste des dominants."

Moi, je peux vous dire que chez les terrassiers, les supporters des sports d'équipes et les pendulaires matutinaux de la ligne Genève-Lausanne, c'est pas mal non plus.

"Décidément, il reste du travail pour sortir nos sociétés du machisme et racsime de classe qui les caractérisent."

Il fallait être aussi déconnectés de toute réalité comme des gens de gauche pour croire que cent ans de propagande féministe viendraient à bout de deux cent mille ans d'enracinement sexiste.

L'apport positif de l'affaire Strauss-Kahn sera d'avoir remis les pendules à l'heure, même si beaucoup de gens continueront à perpétuité le mythe de l'égalité des sexes.

C'est un vernis artificiel politiquement correct de plus, qui n'existe pas dans les subconscients, on vient de le constater avec éclat, non avec des footballers ou des piliers de bistrot, mais avec des "phares" de la pensée "progressiste" contemporaine. C'est un coup très dur pour la bien-pensance !

Écrit par : Scipion | 29/05/2011

Oooooooooooooooops

Au lieu de "gens continueront à perpétuité le mythe de l'égalité des sexes.", lire

"...continueront à PERPETUER le mythe de l'égalité des sexes..."

Écrit par : Scipion | 29/05/2011

tres bel article...mais pourquoi jamais un commentaire sur les hommes qui sont harcelés sexuellement par des femmes...

Écrit par : bontype | 30/05/2011

"tres bel article...mais pourquoi jamais un commentaire sur les hommes qui sont harcelés sexuellement par des femmes..."

Ils existent, mais ils sont beaucoup moins nombreux, comme les viols d'hommes sont beaucoup, beaucoup moins nombreux que les viols de femmes. Il y a aussi beaucoup moins de directrices que de directeurs. Moins d'hommes qui sont tués par une femme que le contraire. Beaucoup moins. Ce qui n'excuse ni les unes, ni les autres.

Et il y a des commentaires sur les hommes harcelés: il suffit de se rendre sur le blog d'homme libre, soi-disant.

Écrit par : Johann | 31/05/2011

dsq le harceleur sexuel. Les témoignages se multiplient sur le bonhomme. Enfin "bon", c'est façon de parler. L'affaire Banon est avérée. L'affaire Nagy aussi. Il y a Aurélie Filipetti. Il y a H.L. que personne n'a voulu croire. Il y a les prostituées qui ne veulent plus avoir à faire avec cet obsédé qui a recours à la violence même dans le cadre du sexe tarifé. Cela n'empêche pas potentiellement les misogynes et autres machistes de prendre sa défense et de faire des pieds et des mains pour inventer des scénarios d'un coup monté tous plus burlesques les uns que les autres en ayant recours à des procédés parfaitement hypocrites. Ou pas.

PDR!

Et c'est fou la vitesse à laquelle se développent les métaphores animalières! Entre les porcs, les truies, les loups, les mâles dominants, façon troupes babouins ou de cercopithèques... on s'éloigne à coup sûr de tout humanisme et de toute civilisation. Retour aux instincts les plus primitifs. Retour à l'homme des cavernes. Fin de l'intelligence. Place au muscle.

En fin de compte le héros du jour c'est Montebourg qui a commis un petit livre sur la démondialisation! L'anti-dsq, quoi! Vive Montebourg!

http://lesdernieresnouvellesdumonde.blogspot.com/2011/05/arnaud-montebourg-vote-pour-la.html

Pour H.L.

http://blogs.mediapart.fr/blog/pierre-franklin-tavares/310511/dominique-strauss-kahn-et-son-destin-grandeur-et-decadence

Écrit par : Johann | 31/05/2011

"tres bel article...mais pourquoi jamais un commentaire sur les hommes qui sont harcelés sexuellement par des femmes..."

Merci pour avoir proposé cette réflexion. La question mérite d'être posée, pourquoi ne pas s'engager dans des groupes de défense de la paternité (pour pas dire de la masculinité) qui pullulent actuellement, et qui sont souvent proches des lobbies « masculinistes » dont les congrès se multiplient et qui prévoient des listes en vue des élections fédérales d'octobre ?

Ceux-ci ne veulent pas simplement mettre en avant les pères ou mâles dominant comme de pauvres victimes, mais visent à remettre en cause des lois sur l’avortement, sur le harcèlement sexuel ou sur le divorce, sous prétexte que les femmes auraient obtenu trop de droits, sans penser une seule seconde à se remettre en question, à remettre en question la domination qu'ils reproduisent dans toutes les sphères sociales. Ils préfèrent désigner ce féminisme qui ose revendiquer la fin des privilèges masculins, comme responsable des maux des hommes, au nom de la "guerre des sexes"...

Bien sûr la domination patriarcale se transmet dans plusieurs variantes (hommes violant/abusant/agressant d'autres hommes, femmes envers d'autres femmes aussi) mais le rapport hiérarchique de domination n'en demeure pourtant pas affaibli, et c'est bien l'hégémonique masculin qui s'impose partout (entreprises, clubs, politique, etc.).

Parler des hommes et reconnaître le fait que certains (des minorités) sont victimes, c'est malheureusement contribuer à déresponsabiliser tous les autres hommes, faire des hommes des victimes de leur domination.

Or sans reconnaissance de notre position et vécu de dominant, et sans empathie envers le vécu de dominé que vivent les femmes, il n'est pas concevable de vaincre le rapport hiérarchique de domination entre hommes et femmes. C'est donc bien, en tant qu'hommes, en reconnaissant ces rapports de dominations structurels, et en changeant nos manière de nous comporter, qu'on pourra déconstruire la masculinité et sortir de la domination d'un sexe sur l'autre.

Écrit par : Julien Cart | 02/06/2011

Tronc commun

Il nous faut nous entendre la dessus tout de même
même si c'est le vent que l'on sème pour nous rencontrer nous-mêmes
la séduction c'est du harcèlement au féminin
le harcèlement, c'est de la séduction au masculin
un sourire suffit à la femme pour séduire
pour l'homme, c'est beaucoup plus dur à cuire
il faut qu'il insiste, qu'il persiste et qu'il existe
toute une liste pour se faire passer pour un artiste.
la légèreté d'une femme au propre comme au figuré...
reste une chose bien compliquée pour le mâle
qui ne sait jamais sur quel pied danser ?
Mais c'est tout le charme de la séduction :
les points de suspension...le point d'interrogation : j'y vais ? Ou j'y vais pas ?
La lourdeur d'un homme au premier comme au second degré...
ne peut être balayée, simplifiée, ni réduite à sa petite part d'animalité...
elle en dit long sur la difficulté des hommes à conquérir l'objet de leur désir...
ils sont peut-être plus démunis, moins armés pour gagner ce genre de guerre,
il y a en tout cas, quelque chose à creuser...
non... Pas le fossé qui les sépare déjà
et que l'on doit aux féministes et machistes de tout bord
Creuser... la-dedans... un tunnel, pour capter l'autre au lieu de la capturer
l'éluder au lieu de le dénoncer comme un obsédé

La séduction est un jeu mais ce n'est pas un jeu de dupes...
ni oui... ni non...
c'est l'art de plaire...
mais c'est aussi l'art de se défaire de celui ou celle qui ne nous plaît pas.
Je crois qu'il y a un mot pour dire NON à la nature...
c'est... c'est la culture... des sens et dans tous les sens !

http://www.lejournaldepersonne.com/2011/06/tronc-commun/

Écrit par : le journal de personne | 02/06/2011

- Enfin un texte honnête sur cette horrible affaire.
- Enfin, un état des propos grossiers, scandaleux, de tous ces gens, hommes et femmes, en paeticulier qui se disent de Gauche, tous ces journalistes lamentables, machistes, vulgaires et incompétents, qui savaient et qui mentent lamentablement.
- Enfin un regard lucide sur cette maffia médiatique et politique qui mine, salie la France à tous les niveaux.
Les femmes du PS sont un scandale en particulier Mmes Aubry et Royal.

A cette occasion, tous ces gens médiocres, détraqués et vils ont confirmé ce qu'ils sont un danger pour notre pays. Nous ne sommes plus en démocratie en France, une oligarchie, une ploutocratie faite de gens de Gauche comme de Droite détruit tout, notre pays est en danger.

La presse, le PS, ses conseillers, ses avocats, ses amis, ses proches, tous savaient qui était DSK; tous connaissaient sa pathologie convulsive sur le sexe et l'argent. Que de scandales déjà. S'ils avaient été des êtres équilibrés, ils ne seraient pas rentrer dans son jeu de malade mental; lui apportant quelques fois sur un plateau des "gazelles". ils lui auraient conseillé de se faire soigne. Anne Sinclair a aussi une lourde responsabilité dans cette affaire ! Uniquement fascinée par l'idée d'être la première femme de France. Pouah! Sa première femme également, car leurs enfants sont cassés.
- Tous sont complices et doivent être jugés également.
- Tous se sont accrochés à lui pour "gagner", avides de pouvoirs et d'argent. Ils l'ont lancé comme une marque DSK.. sacrifiant tout sur le passage ! Honteux.

En France, seule l'avocate Gisèle Halimi dans un interview a été claire!
Clémentine Autun, Audrey Pulvar ont pris aussi des positions correctes.
Hallucinant !

Demain, les avocats semblent vouloir plaider "non coupable" ! encore une fois l'environnement
est néfaste et odieux; DSK devrait plaider coupable et malade, se faire soigner et sortir de cette horreur de vie.

Tous ces malades de Gauche comme de Droite doivent être débarqués.

Écrit par : LOUISIANE | 05/06/2011

@ J.Cart

Vous avez écrit :

"Jack Lang assure qu'il n'y a pas mort d'homme... certes, on est sauvé alors... :S «Ne pas libérer, alors qu'il n'y a pas mort d'homme, (...) quelqu'un qui verse une caution importante, ça ne se fait pratiquement jamais.»"

Lang, dans une Tribune publiée dans le monde, vous a, en quelque sorte, répondu :

«J'observe en effet qu'elle [cette décision de maintien en détention] est contraire à une tradition américaine: la libération provisoire sous caution est généralement accordée sauf homicide. Autrement dit, selon une vieille formule française, sauf mort d'homme. Est-il sacrilège de s'indigner contre une mesure qui foule au pied cette pratique constante?»

Quant à moi, je me permets de relever que la pratique NY est la mise en liberté de celui qui n'est pas condamné. De plus, le code de procédure criminel NY accentue la mise en oeuvre de ce principe dès lors qu'il prévoit qu'après 90 jours (calculé d'une manière fort complexe) un droit (pas inconditionnel) à la mise en liberté existe en le cas des pires infractions (felonies de classe A; Art, 30.30), à l'exception de l'assassinat, du meurtre et de l'homicide par négligence ou imprudence (Art, 125.10, 15, 20, 25, 27).

Le droit d'être remis en liberté en cas de viol est donc plus étendu qu'en cas d'homicide par négligence. On peut l'apprécier ou non, mais tel est la loi NY.

Écrit par : CEDH | 09/06/2011

Les commentaires sont fermés.