28/01/2011

La mobilité douce contre le tout bagnole

 

Hier après-midi de nombreuses militantes et militants, notamment des Jeunes Vert-e-s Genève, se sont pressé-e-s devant l'entrée du Grand Conseil pour soutenir l'initiative populaire de l'association Actif-trafiC pour la mobilité douce à Genève (pistes cyclables sécurisées et continues sur les routes principales, traversées piétonnes attractives) déposée en juillet 2009, et qui a été traitée hier soir par les député-e-s genevois-e-s. 167113_178272495544030_151183321586281_343235_4248151_n.jpgCe texte qui demande plus de sécurité pour les cyclistes et les piétons, est soutenu par les partis de gauche, les associations de défense de l'environnement et même par le PDC. Il ne s'agit donc pas d'une initiative extrémiste qui demanderait le ciel. Les initiant-e-s demandent la mise en place, dans un délai de huit ans, d'un plan directeur qui permettrait de relier les différents tronçons de pistes cyclables en leur donnant davantage de continuité.

 

L'initiative pose la question du libre choix du mode de transport : en effet à Genève il y a beaucoup d'endroits où les deux roues sont en danger, par manque de sécurité, ce qui enjoint les cyclistes potentiels à renoncer à utiliser ce mode de transport.  L'initiative est contestée par le lobby patronal de la voiture, le Groupement transports et économie (GTE). La loi sur la circulation routière met la voiture (sur le réseau primaire) en priorité sur les autres modes de transport.

 

Cette initiative ose donc poser une question essentielle en matière de mobilité : quelles sont les priorités de Genève en matière de transport ? 166605_178272225544057_151183321586281_343224_67965_n.jpgEst-ce que nos routes, primaires ou non, sont d'abord faites pour favoriser la sacro-sainte circulation automobile, ou devons-nous permettre à chaque mode de transport d'obtenir une circulation sécurisée ?

 

Le vote d'hier soir a vu par 46 non contre 43 oui et 2 abstentions, l'initiative être refusée par le Parlement, sans grande surprise vu la majorité de droite de ce dernier. Ce n'est donc pas aujourd'hui que Genève donnera une réponse allant dans le sens d'une volonté forte du canton de s'engager pour la mobilité douce.

 

Un contre-projet ne sera pas opposé à cette initiative. C'est donc le peuple genevois qui aura le dernier mot, et ce dès cette année. 179049_178272792210667_151183321586281_343245_793795_n.jpgEst-ce que longtemps encore les accidents de la route à Genève concerneront en large partie les cyclistes ou piétons laissés pour compte, au nom du Dieu Voiture et de ses lobbys tout-puissants ? Et est-ce que pendant ce temps, Maudet et autres Rochat s'en prendront encore impunément aux « cycloterroristes », ainsi qu'aux cyclistes de la Critical Mass, proies si faciles ? Ces derniers n'ont que peu de poids, et ne disposent pas d'appui identiques à ceux des lobbys de la voiture, mais ils ont pour eux leur tripes et seront dans la rue, dès ce soir vendredi 28 janvier 18:30, Pont des Bergues : rendez-vous à toutes les personnes qui veulent une meilleure qualité de vie et une vraie politique en faveur de la mobilité douce ! Et rendez-vous dans l'urne tout prochainement pour une belle victoire démocratique !

 

12:30 Écrit par Julien Cart dans Politique | Lien permanent | Commentaires (36) | Tags : vélo, cycloterroristes, mobilité, écologie |  Facebook | | | |

Commentaires

Tous ces bobos qui habitent dans des logements (peut-être subventionnés ou sont-ils même propriétaires par le biais de coopératives ) en ville de Genève, prennent le vélo sur de courtes distances et qui jettent la pierre aux milliers de genevois obligés de se loger en dehors des frontières genevoises et circulant en voitures(faute d'infrastructures valables) sont tout simplement des privilégiés et osent nous parler de démocratie, d'équité et de justice sociale.Les Verts, sont de purs produits d'un individualisme forcené et de pur égoïsme. Jamais on ne les entend parler sur le problème du manque de logement aigü du terriroire, jamais une ligne...

Écrit par : Sirène | 28/01/2011

@ Sirène exact, ils se déplacent à vélo électrique subventionné les administrations communales. La loi du moindre effort.

Écrit par : L'anti khmer vert | 29/01/2011

@ Sirène, c'est exact. En plus, ils se déplacent à vélo électrique gracieusement offert par les administrations communales. La loi du moindre effort !

Écrit par : L'anti khmer vert | 29/01/2011

Ainsi, les habitants qui vivent en ville dans la pollution et le bruit permanent seraient des privilégiés égoiïstes par rapport à ceux qui vivent en dehors de la ville, souvent dans des maisons, fussent-elles de l'autre côté de la frontière ??!! Mouhais...
Et sinon, j'ai tenté l'autre jour Meyrin-Carouge en vélo, de nuit et sans connaître à l'avance les aménagements existants, j'ai trouvé que ça ressemblait à un parcours du combattant, à chercher tout le temps l'endroit le plus sécurisé pour passer, à essayer de trouver la place à laquelle on est censé avoir droit, avec toujours cette impression de gêner et de se mettre en danger... Et certains vous le font bien sentir que vous gênez, même si vous respectez scrupuleusement les règles de circulation. Par contre sur les rares tronçons aménagés, c'est du bonheur ! Ah la Hollande me fait parfois rêver !

Écrit par : Lulu | 29/01/2011

Pollution à Genève mais c'est de l'intox. Trop jeune pour se souvenir que dans les années 70 pour traverser lePont du Mont Blanc en automne-hiver alors que la circulation était au moins 5 x moins dense, on ne pouvait à peine respirer car l'odeur âcre issue des pots d'échappement était insupportable, de plus un brouillard très bas pouvait recouvrir Genève pendant de longs jours gardant au sol la pollution. Aujourd'hui l'air malgré une fort trafic, l'air est respirable car de nombreux progrès pour les moteurs de voiture, l'essence, les pots à catalyseurs, les contrôles plus stricts sur les véhicules, le chauffage... de plus il n'existepratiquement plus en hiver ce brouillard. Bien sûr des progrès sont à faire mais les responsables des routes genevoises, ces géniaux ingénieurs ont supprimé l'onde verte pour faire sortir le plus vite possible les véhicules du centre, réduisent les voies pour mieux stocker les véhicules et puis ont décidé de fermer plein de rues, histoire de faire faire plus de kilomètres, plus encore un manque de coordination
voulue ou pas dans les divers travaux qui font qu'aucune route de ce Canton ne résiste plus aux travaux et chantiers qui bien sûr prennent 2 fois plus de temps qu'ailleurs en Europe. Les cyclistes ne me gênent
pas, ils me font peur (chaque fois que je prend le volant, je crains l'accident avec eux) car ils restent imprévisibles, peu d'entre eux ne respectent le code de circulation, peu d'entre eux portent casques et
gilets réfléchissants pour leur propre sécurité et peu d'entre eux ont des vélos bien éclairés à la nuit
tombante et en hiver. Au lieu de réclamer sans cesse que les autres usagers de la route vous respectent,
faites le ménage et merci de rouler visibles, bien éclairés, sur les routes et respecter le code la route. Pour créer des pistes cyclables, il faut libérer l'espace public. Pour ce faire, il faut construire des parkings publics dans chaque quartier mais même là les Verts sont contre...

Écrit par : Sirène | 29/01/2011

C'est un minorité de personnes qui ont manifesté. Pur constat! Leur égoïsme commence à nous faire monter les tours, ils se prennent pour qui avec leurs exigences totalitaires. Je propose aux automobilistes de ne plus payer leurs impôts pour leurs véhicules. Puisque nous supprimons de plus en plus aux automobilistes de circuler.( Voir le scandale de la rue du Rhône est un pur exemple.) Cet impôt a été mis sur pied pour entretenir nos rues. Puisque les vélos, qui circulent sans lumière, traversent tous les jours les passages cloutés, une loi devraient être appliquée comme pour les automobilistes, dès qu'ils ne respectent la circulation, supprimons leur permis. Vous verrez qu'ils auront un peu plus de respect envers la circulation. Puisqu'ils désirent s'accaparer la ville de Genève, augmentons les impôts des vélos afin qu'ils entretiennent nos rues. Je propose à l'ACS et au TCS de lancer une initiative dans ce sens. Vous verrez combien de signatures nous allons récolter!

Écrit par : rose des sables | 29/01/2011

Ils poussent le bouchon trop loin avec leurs exigences. Circuler en vélo est un droit mais ne donne pas le droit de faire n'importe quoi comme mal rouler. Avant de réclamer des pistes sécurisés, apprenez à vous comportez de manière civique.Quant aux routes du Canton, elles sont défoncées, mal entretenues, mal signalisées et pourtant nous payons des impôts cantonaux et des taxes automobiles conséquents.

Écrit par : Suissitude | 29/01/2011

La 2 chevaux de la vieille avec sa pancarte pollue plus qu'une dizaine de 4x4 réunis.
Depuis que j'ai une famille, j'ai dû quitter le centre ville... je suis à la Plaine... donc ces cycliste j'aimerais bien les voir grimper la montée qui mène à Russin et connaître l'air frais version Firmenich.... bande de BOBO!

Écrit par : Riro | 29/01/2011

@ Suissitude, vous pensez que les cyclistes, ça ne paye pas d’impôts ?

Il y a des cyclistes ainsi que des automobilistes qui ne respectent rien. Il faudrait essayer de vous déplacer à vélo pendant au moins une semaine.
Personnellement, je me sers des deux moyens de transport, mais je suis toujours choquée par l'attitude violente des conducteurs genevois. Les cyclistes risquent leur vie, les conducteurs ne risquent rien.

J'habite en France voisine, les loyers genevois étant inabordables. Je connais pas mal d'autres personnes qui habitent dans les communes et qui se servent de leur vélo pour se déplacer dans le canton. Les distances sont très petites et le canton est assez plat.
Quant au manque d'éclairage sur les vélos, je suis d'accord, il faudrait de la répression, comme en Hollande.

@riro: les 4x4 ne sont pas seulement polluants, ils sont aussi dangereux pour les piétons (souvent des enfants, comme les vôtres) et pour les cyclistes. Ce sont des véhicules agricoles, non appropriés pour circuler en ville sans mettre en danger d'autres personnes.

Écrit par : Marie-Anne | 09/02/2011

@Marie Anne
Je ne me déplace qu'en transport public ou à pied et parfois en voiture
...Je ne défends personne en particulier. Conduire c'est un exercice de respect ... En principe. Les cyclistes paient certes des impôts mais ils ont réussi grâce à leurs élus depuis quelques années à créer un climat infecte à Genève... Revendicatifs, hors la loi, peu responsables pour eux mêmes et pour les autres, ils ne sont pas respectueux, brûlent es feux, circulent sur les trottoirs, dans les parcs à vive allure parfois ils mettent en danger leurs enfants en doublant à droite sur les voies des bus alors que vous avez mis votre clignotant pour tourner à droite dans une rue. Les cyclistes alémaniques, hollandais
Et allemands sont pratiquement des exemples car ils circulent en respectant la signalisation, les piétons en toute sécurité : casque, feux, gilet réfléchissant.

Écrit par : Suissitude | 09/02/2011

Je suis ravie de constater que bien des personnes se plaignent des vélos qui n'ont aucune idée du code de la route. C'est la raison pour laquelle, je proposais qu'ils passent le code de la route comme tout le monde et qu'il paient également plus d'impôts dans la mesure oû ils roulent partout! C'est triste à dire, mais la rue est à eux...Ils roulent partout, les trottoirs, passages cloutés, rues interdites, sans lumières, sans casque, brûlent les feux rouge, circulent à toute vitesse, pas de réglementation de vitesse pour ces derniers, n'ont aucun respect pour personne même pour les enfants, personnes handicapées, oû d'un certain âge. Moi même j'ai failli être renversée par 2 fois. La police ne bouge pas, aucune contraventions pour les bicyclettes. Je pense qu'en toute objectivité, il y a de quoi réfléchir.

Écrit par : rose des sables | 09/02/2011

J'ai aussi roulé en vélo et à scooter, ne dites pas monsieur que les voitures circulent comme des fous, il y a des excités, des chauffards, mais ce n'est pas une raison pour mettre tout le monde dans le même bateau. Soyez objectif, regardez les vélos tout le monde s'en plaint. Je n'invente rien hélas, c'est la raison pour laquelle je proposais qu'ils passent le code de la route.

Écrit par : rose des sables | 09/02/2011

Il ne faut pas mettre tout le monde dans le même bateau.... sauf les cyclistes évidemment ! Eux on peut, vu que tout le monde le dit.
D'ailleurs, c'est qui ce tout le monde ??

Écrit par : Anne | 09/02/2011

Devant tant de beaux commentaires si intelligent, je m'incline : VOUS AVEZ RAISON ! Pas besoin d'améliorer le réseau de piste cyclable. Soyons réaliste, améliorons la capacité de pénétrantes, des parkings du centre. Les rails de tram ? Pff, ca prend trop de place. Et surtout, arrêtons de persécuter les automobiliste qui sont suffisamment responsables et payent des impôts, eux, merde !

En attendant, chaque jour, quand je fais mes 5km de vélo pour rentrer chez moi, c'est à mourir de rire de vous voire dans les bouchons !

Écrit par : Dji | 09/02/2011

@DJ. Bravo...on est franchement heureux pour vous, cela veut dire que vous avez la chance de vous loger sur le Canton et même en ville. Pensez un peu aux autres, les moins bien lôtis... Qui n'ont pas de ligne de bus devant leur porte ou de réseau CFF...grande solidarité de votre part.

Écrit par : Suissitude | 09/02/2011

Mais j'y pense ! Je suis totalement pour le développement de mode de transport qui puisse servir d'alternative à la voiture pour les pendulaires !

Mais ce n'est pas parceque ce chantier est ouvert et énorme, qu'il faut négliger le développement - qui coute une fraction du pris du premier - d'un autre chantier qu'est le développement des réseaux permettant la mobilité douce.

Sinon, ne me faites pas croire que TOUS les pauvres automobilistes bloqués dans les bouchons ne font que des trajets dont la distance est telle qu'elle n'est pas réalisable en vélo ou en transport public.

Écrit par : Dji | 09/02/2011

@ Suissitude:


Quand vous écrivez « les moins bien lôtis », vous voulez parler de ces pauvres cadres sup' travaillant dans le domaine bancaire ou dans des multinationales, obligés de retourner dans leurs ghettos de villas mitoyennes échouées sur la Côte vaudoise...? Ou de ces pauvres propriétaires de maisonnettes villageoises, contraints de s'exiler dans un "no man's land" de tranquillité et de verdure..?

Mon cœur saigne de douleur pour ces âmes damnées, exclues des beaux quartiers de la Jonction, de la Goldküste du Lignon ou de la banlieue dorée des Avanchets... Snif-snif..!!


Pfffff...! Ce sont toujours les mêmes qui accaparent tous les privilèges...! Salauds de pauvres!


=:oB

Écrit par : L'avis de Brian | 09/02/2011

Ah! Dji, la personne la plus intelligente et qui sait tout, qui malheureusement parle comme un charretier... Votre discours me fait de la peine. Vous ne pensez pas que les automobilistes ne pensent pas à la mobilité douce, pouvoir vivre au sein d'un environnement agréable. Mais, cher jeune homme, vous ne pensez pas qu'il y a aussi des personnes âgées que l'on doit respecter, des personnes handicapées qui peuvent hélas plus utiliser les transports publics encore moins un vélo. A vous entendre cela ne vous a pas traversé la tête? Vivre à vélo et savoir partager ou respecter les autres, heureusement que cela existe encore. Je voudrais vous voir circuler sur votre vélo pour constater le nombres d'infractions que vous faites pas jour....A méditer!

Écrit par : rose des sables | 10/02/2011

Ahhhhh Rose des sables,

Votre entrée en matière condescendante ne relève guère votre niveau arugmentaire. Effectivement, il existe des gens qui n'ont guère de choix que de prendre leur véhicule. Mais il existe également, je pense une grande proportion, de gens en pleine santé, seul dans leur voiture, avec le moteur allumé, à attendre comme des cons dans un bouchons, en pensant que si la route était plus large et les feux rouges moins rouges et que si la voiture de devant avançait, tout irait mieux.

D'ailleurs, des fois j'en fait partie, j'ai une voiture figurez-vous, mais j'ai également un cerveau, des mollets et la carte du réseaux - lacunaire - de pistes cyclables genevois en tête ...

Sinon, le sujet revient souvent lors de discussion avec des gens qui ne font pas de vélo, surtout lorsqu'il me voient me déplacer avec remorques à enfant dans la ville : "C'est pas dangereux ?", la réponse est non, à condition d'être attentif, de bien choisir son trajet, et d'espérer que le réseau de piste cyclable s'améliore.

Donc, à mon avis, il y a une forte attente de la population dans une amélioration du réseau existant afin qu'il osent enfin faire le pas d'essayer le vélo urbain/sub-urbain.

Car voyez-vous, une fois un peu entrainé, se rendre à son travail en vélo en 30mn, vous pouvez facilement joindre une commune sub-urbain, voire de campagne, avec l'autre bout du canton. Et je ne parle même pas de vélo électrique ...

Sinon, que viennent faire mes supposée infractions dans la discussion ? Je vous demande si vous circulez à la bonne vitesse devant les écoles ou si vous ne prenez pas le volant bourrée ? Non, alors gardez vos commentaires débiles pour vous.

Écrit par : Dji | 10/02/2011

Dji, votre arrogance et votre égoïsme envers toute cette population me choque tellement que je ne pense pas une seconde que vous avez réfléchi, ni lu correctement mon commentaire qui est bien une réalité. Vous insultez cette population dont je fais partie. J'espère pour vous que vous ne serez jamais invalide, car votre discours deviendra autre et surtout plus sensible qui vous permettra de vous éclairer. N'oubliez pas que cela peut vous arriver du jour au lendemain!

Écrit par : rose des sables | 10/02/2011

Les milliers de voitures qui encombrent nos rues chaque jour seraient donc en majorité conduites par des invalides et des personnes âgées ayant de la peine à se déplacer ??!!
On apprend des trucs fous sur les blogs de la Tdg !

Écrit par : Anne | 10/02/2011

Je n'ai jamais dit que nous étions en majorité, de grâce, mais je soulevais qu'il ne fallait pas oublier cette population. Je trouve les vélocipèdes bien intolérants. Ce n'est pas avec de tels propos que notre société peut échanger et participer à élaborer des solutions pour tout le monde.

Écrit par : rose des sables | 10/02/2011

Ma pauvre rose des sables,

Si tu m'avais lu et compris - je sais c'est compliqué c'est écrit en français - tu aurais peut être compris que justement je dis que fort probablement la majorité des voitures sont occupées par des gens qui pourraient faire autrement, et que donc implicitement j'admets que la voiture est nécessaire pour les gens handicapés.

Te voila maintenant en position argumentaire bien inconfortable, et hop, il suffit de sortir quelques attaques personnelle sur moi et amalgames sur les cyclistes et général et le fait que tu es handicapée, oulalaha, j'ose plus rien dire !

Il n'en demeure pas moins, que le coût de ce plan directeur et de sa réalisation - qui serait à l'échelle du canton - resterait une fraction de ce que par exemple il sera dépensé pour couvrir 500m de route à Vésenaz ... mais bon ... shhhhuuuuttt ... ne parlons pas de cela, il y a plus importants, les cyclistes brûlent les feux rouges et renserses les vieux, il faut sévir.

Écrit par : Dji | 14/02/2011

@DJ. Votre vision étriquée du monde qui se résume grosso modo entre les riches et les pauvres est poussiéreuse. Beaucoup de jeunes ménages avec souvent 2 salaires et 2enfants qui veulent avoir plus d'espace ou encore un jeune en premier emploi qui recherche un studio abordable ou encore un Suisse revenant au pays ou encore des nouveaux venus sont des catégories qui sont les plus pénalisées dans la recherche d'appartements : trop cher, pas assez grand, attribués soit aux cas sociaux, soit aux fonctionnaires, soit dédiés à la vente, ils sont les premiers à subir la pression du marché. Ce sont des contribuables de la classe moyenne et non pas seulement des traders ou autres fantasmes et certitudes qui vous empêchent de voir que vous êtes peut-être une personne ouverte au contexte dramatique actuel du logement su le territoire.

Écrit par : Suissitude | 14/02/2011

1. Mon pseudo n'est pas DJ, vous confondez avec un autre intervenant.

2. Vous décrivez exactement mon cas, sauf que j'ai choisi de rester en ville, dans un logement certe petit mais satisfaisant, sans céder aux tentations consuméristes de vouloir une maison à 30km de mon lieu de travail afin que mes enfants puissent gambader dans l'herbe qu'il y a justement dans le parc en face de chez moi.

Résultat ? J'économise les frais et le temps du trajet que j'ai convertis en qualité de vie et en économie pour faire de belle vacances. Et en plus, j'ai même pas besoin de tondre le gazon et de refaire l'isolation d'une maison construites aux "normes" françaises.

La piscine ? A mon minutes de vélo de chez moi, il y en a 4 ...

Oui, tout est question de choix, il faut arrêter de dire "On était forcé". Les gens qui sont devenus pendulaires l'ont fait par choix - certes en ayant à mon avis pas évalueé correctement tous les éléments de l'équations.

Il faut arrêter de vouloir le beurre et l'argent du beurre : Non, dans une ville comme Genève, disposer d'une maisons+piscine et ne pas subir les inconvénients des trajets est réservé aux quelques pourcents de la population les plus aisés.

Écrit par : Dji | 14/02/2011

@ Dji

"En attendant, chaque jour, quand je fais mes 5km de vélo pour rentrer chez moi, c'est à mourir de rire de vous voire dans les bouchons !"

J'ai la même attitude, mais moi je suis bien assis dans mon tram climatisé !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 14/02/2011

@dji.excusez-moi,mais il y a juste une précision à apporter : je parle des gens normaux qui travaillent, fondent une famille, ont envie de vivre dans un 3pièces cuisine abordable et non pas dans un studio pourri hors de prix... Vous ne pensez pas que les pendulaires aimeraient aussi se loger sur le territoire et se trouver à 10-15 minutes de leur lieu de travail au lieu de se retrouver serrés comme des bestiaux tous les matins dans les trains, se lever 1h plus tard comme vous, ne plus subir de stress... Vous avez fait un choix, rester collé au territoire dans le même logement au même prix depuis 20 ans... Mais la réalité des autres n'est conforme à votre statut...quo

Écrit par : Suissitudr | 14/02/2011

Je ne suis pas dans le même appartement depuis 20 ans ...

mais bref, l'essentiel de mon propos est le suivant :

Acquérir une maisons peut se faire pour la classe moyenne genevoise qu'en se déplaçant loin du centre économique.

Ainsi, le coût et autres désagréments engendrés par cette expatriation et les déplacements qui vont avec sont à mon avis LARGEMENT sous-estimés par ceux qui décident de devenir pendulaires.

De plus, en plus de miter le territoires, le fait d'opter pour une villa est pour moi un fardeau : Engagement et sacrifice financier à long terme, logement qui ne sera plus adapté une fois les enfants partis, contraintes d'entretiens du jardin et participation à un marché spéculatif. C'est sans parler de la difficulté à maintenir son réseau social "Tu viens manger chez moi ? Ah non, bof, ca me fait faire plus d'une heure aller retour de voiture".

Écrit par : Dji | 14/02/2011

Dji, je viens d'acquérir une jolie petite maison sur France, à quelques centaines de mètres de la douane de Moellesullaz, 5km du centre ville. 160m2 Avec piscine et gazon. Mon fils va au Collège (en Suisse) à vélo. Elle nous coûte 3200 Francs/mois, sans apport personnel autre que les 5% de frais de notaire, payable tous les mois pendant 20 ans (taux d'intérêt invariable), en CHF. Dans 20 ans, plus de loyer et au contraire un capital de plusieurs centaines de milliers de francs...
Des amis sont venus manger l'autre soir, ils ont mis 15' depuis le Centre ville. C'est aussi le temps que nous mettons en scooter mon mari et moi pour aller bosser. En tram, faut compter 17' plus 10' de marche.

Écrit par : Simone Bolivares | 14/02/2011

Ah j'oubliais, côté réseau social, avec la piscine et les BBQ dans le jardin, c'est plutôt l'embouteillage garanti l'été... Et pour la tondeuse, mon fils est ravi de se faire un peu d'argent de poche... Tandis que mon mari se réjouit de tailler la haie. ça lui fera des économies de fitness...

Écrit par : Simone Bolivares | 14/02/2011

A Dji: De quel droit vous me tutoyer, je ne suis pas allée cueillir des cerises avec vous que je sache. Plus vous envoyez des commentaires, plus je perçois votre personnalité indigne et de plus insultante envers les handicapés. C'est un scandale votre attitude, votre arrogance devient déplorable.
Je vous ai vu circuler en vélo avec votre enfant à l'arrière. Si vous ne trouver pas que cela est dangereux, c'est votre problème. Si avec l'entraînement, vous avez de bons mollets, je m'en fiche complètement. Cependant, c'est à croire que votre cervelle doit avoir la grandeur de vos mollets pour être aussi, agressif, désobligeant et provocateur. Bon exemple d'éducation pour vos enfants.

Écrit par : rose des sables | 14/02/2011

3200.- / mois taux variables, alors que les taux sont à un plus bas historique, j'espère que vous avez de la réserve en cas de coup dur.

Sinon, effectivement, votre situation à l'air idéale - je vous envie, sisi ! - mais je doute qu'elle soit représentative.

Rose des sable m'a vu circuler en vélo ... encore une affirmation gratuite de plus. C'était où ? Comment as-tu pu savoir que cela pouvait être moi ? Et quel rapport avec la soupe. A propos de circuler, le mieux en effet est que tu circules et t'abstiennes de venir polluer les forums avec tes interventions sans intérêts. Salut. Bon vent.

Écrit par : Dji | 15/02/2011

J'aimerais revenir quand même sur le summum de l'argument de bistrot mentionné plus haut : "Les logements peut chers sont attribués aux fonctionnaires et aux cas sociaux".

Ce genre d'affirmation de comptoir, est totalement dénuée de fondement, et tant que son auteur n'apporte pas le moindre début d'argumentation basée sur des faits, j'appelle ce genre des phrase une râclure même pas digne de faire les gros titres du GHI.

Écrit par : Dji | 15/02/2011

Dji, relisez-moi ! Nous avons choisi un taux invariable, autrement dit fixe. En taux variable, on était à 3000 CHF /mois seulement, mais avec un gros risque de hausse des taux, que nous n'avons pas voulu prendre.
Pour le reste, c'est assez représentatif je crois. Nous n'avons cherché que 15 jours et c'était la 3ème maison visitée. C'est bien pourquoi des dizaines de milliers de Genevois se sont établis en France depuis dix ans.
Pour ce qui est de l'affirmation sur les logements bons marchés, de Rose des Sables je crois, c'est un fait que les loyers non libres (= les moins chers) sont attribués aux revenus les plus bas, c'est même l'essentiel de leur cahier des charges. Et comme la liste d'attente est superlongue, les Fondations ont, pour premier critère d'attribution, l'urgence de la situation sociale (je le sais, j'y ai bossé). C'est logique et normal.
Mais cela finit par créer un sentiment d'injustice lorsque du coup si l'on jouit d'un salaire normal, contrairement à un cas social, on ne trouve rien... Un peu comme les effets de seuil, quoi !
Le mauvais côté de notre système social.

Écrit par : Simone Bolivares | 15/02/2011

Simone,
Effectivement, j'avais mal lu ! En tout cas, vous avez la chance d'être logée de l'autre côté de la frontière et de bénéficier des infrastructures de publiques du canton (transports, éducation, hopitaux universitaires).

Écrit par : Dji | 15/02/2011

Mais je paie des impôts pour ça, comme vous. Et même proportionnellement à vous, un peu plus qui reste au canton au lieu d'aller dans ma commune de résidence.
Et pour avoir accès aux hôpitaux universitaires, j'ai fait en sorte de conserver une assurance maladie suisse, que je paie 20% de plus que quand j'étais en Suisse, alors même que, évidemment, pour les bobos, je vais aller chez un toubib français, qui lui coûtera beaucoup moins cher. Donc en fait, je subventionne un peu votre assurance maladie à vous.
Mais c'est sans rancune, pas la peine de dire merci.

Écrit par : Simone Bolivares | 15/02/2011

Les commentaires sont fermés.