05/07/2010

Supprimer la vieille tradition absurde de l'obligation de servir

"Le service militaire obligatoire est une tradition absurde qui doit être abolie une bonne fois pour toutes."

Le Groupe pour une Suisse sans armée (GSsA) a lancé ce lundi, par ces termes, son initiative populaire pour la suppression de la conscription. Cette initiative est en effet importante à plus d'un titre (lire aussi à ce propos le communiqué du GSsA) :

 

L'armée actuelle, comme le juge un Suisse sur deux (selon la dernière étude de l’EPFZ), est trop volumineuse. Ils ont raison : avec pas moins de 200'000 hommes, la Suisse connaît une densité de soldats au km2 sans comparaison en Europe ! De plus elle coûte très c35074_411523346474_727071474_5096759_4279221_s.jpgher ! 3.7 milliards, le budget de l’armée Suisse : 3,7 milliards de trop ! Si la proposition de la GSsa passe, cette somme va nettement baisser et pourra être mise dans des activités qui valent réellement la peine et pour lutter contre de véritables menaces : les catastrophes, la cyberguerre ou le terrorisme, contre lesquels il faut de petites unités spécialisées et non une armée de masse pourvue grâce à l’obligation de servir.

 

Cette initiative part d’une véritable volonté populaire, contrairement aux dernières lancées par le GSsA (par exemple celle voulant interdire l'exportation du matériel de guerre, ou encore, dans toutes les mémoires, les initiative voulant supprimer l’armée qui ont échoué les deux fois, en 1989 et 2001). Les chiffres le prouvent, puisque 74% des personnes interrogées (étude de l'EPFZ) estiment que l'armée demeure nécessaire, alors que 45% sont pour la suppression de l'obligation de servir. C'est donc que la voie semble ouverte à une telle avancée en Suisse, laquelle suivrait une tendance européenne en abrogeant l'obligation de servir, 25 pays connaissent le service volontaire (la Suède l'a adopté il y a quelques jours, l’Allemagne et l’Autriche en débattent) sur 43 Etats armés. Dans le monde, voici la situation actuelle :

 

 

arton130.png

Carte : la conscription dans le monde (Wikicommons)
rouge : les Etats appliquant encore la conscription ;
bleu : armée volontaire/professionnelle ;
orange : suppression prochaine de la conscription ;
vert : pays sans armée.

 

La fin de l’armée de milice, le début d’une armée de métier ? C'est la crainte d'une partie des citoyennes et citoyens. Or, la Suisse devrait toutefois disposer d'une armée de milice, de taille réduite, si l’initiative passait. L'initiative concerne en effet uniquement l'obligation de servir. Il n'y a pas à craindre de l'apparition d'une armée de professionnels, le principe de l'armée de milice demeurant inscrit dans l'article 58 de la Constitution. Il n'y aura pas non plus des "Rambos" dans l'armée, les personnes dangereuses et violentes ne peuvent et ne pourront intégrer l'armée.

 

Enfin, des raisons très objectives soutiennent l’obligation de servir, qui est une atteinte aux droits humains. Ceux qui sont déclarés inaptes ou sont réformés doivent payer une taxe que la Cour européenne des droits de l'homme juge elle-même discriminatoire. De plus, le fait que seuls les hommes y soient contraint est discriminatoire. De plus, actuellement l'Etat peut contraindre un jeune homme à participer aux guerres - alors qu'il est plus responsable de promouvoir des solutions non-violentes aux conflits. Nous vivons dans un Etat souverain ou il devrait être possible d'accepter ou non de s'engager à prendre les armes, et non d'y être contraint. Ou alors préférons-nous la dictature du militarisme… ?

carcan_3s.jpg

Enfin, l'obligation de servir est aussi anti-démocratique : en obligeant les jeunes hommes de servir, on leur apprend à exécuter des ordres plutôt qu'à penser par eux-mêmes. Nos aînés se sont battu pour respecter leur conscience et le droit de ne pas être obligés de porter une arme. Ceux qui ne voulaient pas faire d'armée pour des raisons de conscience étaient condamnés à des peines de prison.

Aujourd’hui, notre devoir est donc clairement d’en finir avec cette vielle tradition qu’est l’obligation de servir, et de le dire en signant l’initiative du GSsA !

Avec cette initiative, l'armée va se transformer en une armée de milice volontaire, réduite en taille et le service civil sera conçu de manière totalement indépendante du service militaire et sera ouvert sur une base volontaire, aux femmes comme aux hommes.

20:19 Écrit par Julien Cart | Lien permanent | Commentaires (22) |  Facebook | | | |