19/01/2010

200 rues sont à nous !

Fin 2008, les Verts de la Ville de Genève lançaient leur initiative municipale « 200 rues sont à vous – pour des rues ouvertes à la vie et aux mobilités douces! », qui avait vu 5500 habitant-e-s souscrire à leur projet, et avait été déclarée valide par le Conseil municipal le 23 juin 2009.

Cette initiative a le mérite d'être une réponse concrète aux défis, réchauffement climatique en tête, qui sont les nôtres en ce début de deuxième millénaire.

 

Les conseillers municipaux de la Ville ne s'y sont pas trompés, puisqu'ils ont accepté, il y a quelques heures, et ce à une large majorité, l'initiative des Verts demandant que 200 rues à proximité des écoles, Maisons de Quartier et autres EMS soient fermées au trafic motorisé. Les initiants laissent toutefois le choix à la Ville quant aux rues à fermer. C'est cette dernière qui aura 4 ans pour proposer à la Direction générale de la mobilité, de fermer des routes : celle-ci donnera l'autorisation ou non.

argumentaire.jpg

C'est donc une moment historique pour les Verts genevois, qui ne proposent rien moins que de changer le paysage en matière d'espace urbain.

Sur les 800 rues qui existent à Genève, 1/4 seront désormais ouvertes exclusivement aux habitant-e-s. Un juste retour à une saine convivialité, que nombre de citoyen-ne-s auraient sans doute plébiscitée si d'aventure cette initiative leur auvait été soumise, contrairement aux affirmations malhonnêtes de la droite qui a prétendu que l'échec aurait été assuré devant le peuple, d'où l'acharnement de la gauche à faire passer le projet dès ce soir.

 

Mais cette droite a un arrière goût d'archaïque, bien qu'elle s’en défende avec ardeur et malgré qu’elle en soit partiellement consciente. En effet, personne au sein du Conseil n'a osé remettre en question le fait que l'instauration de rues piétonnes est un apport indéniable en matière de qualité de vie. Non, la droite n’a pas osé défendre le tout bagnole, préférant la « ruse » des arguments tirés par le cheveux. On apprenait par exemple qu’il fallait mieux maintenir, la nuit, au sein des rues piétonnes, des voitures pour rassurer les piétons ! Non messieurs les libéraux, les voitures ne tranquillisent pas nos rues, elles les polluent et empêchent nos enfants d’y déambuler le plus innocemment du monde – quant elles ne les tuent pas (souvenons-nous le 16 mars dernier).

 

Les voitures non seulement tuent nos enfants, mais les transports motorisés sont responsables d’une large partie des émissions de gaz à effet de serre. Le constat est sans appel si nous nous donnons le temps d’y réfléchir. Genève détient le taux de motorisation record en Suisse et le nombre de places de parkings par habitant est près de 2 fois supérieur à une ville comme Zurich. Nous avons affaire régulièrement aux dépassements des taux de pollution de l’air et de bruit. Or, le trafic routier est la principale source de nuisance sonore pour la santé. Le moment est donc venu de proposer un autre développement, basé sur des valeurs plus douces pour l’environnement et qui ne soient pas nocives pour la santé.

Ces 200 rues qui verront le jour sont donc la garantie évidente d’une amélioration de la qualité de vie. Les signataires de cette initiative ne s’y étaient pas trompés : c'est un signe fort pour que les citadin-e-s se réapproprient l'espace public menacé par la voiture et y développent une convivialité souvent égarée. Ce projet, outre sa qualité environnementale qui n’est plus à démontrer, est donc une occassion de remettre au goût du jour des valeurs telles que la communication, l’entraide, le partage, les échanges d’idée et d’opinion, qui ne se passent pas derrière la porte close de son chez soi mais sur la place publique. Respirer l'odeur des rencontres chaleureuses avec nos semblables, plutôt que les pots d’échapement des 4x4 déambulants, voilà un bel avenir pour Genève, enfin !

Quant aux atermoiements de la droite liés aux places de parking qui vont disparaître au profit des rues piétonnes, il s’agit d’un faux problème. Les régies immobilières possèdent un bon pourcentage de ces places et les exploitent mal. En effet, quand les places ne sont pas tout simplement vacantes, elles sont louées à des pendulaires. Or, la politique du canton est claire à ce propos: le trafic pendulaire doit rester aux abords de la Ville et ne pas y pénétrer.

Enfin, ce projet genevois est une étape concrète vers des villes libérées du tout voiture et de la dépendance au pétrole. Les pays riches doivent montrer l’exemple. En Suisse et à Genève en l’occurrence, nous avons les moyens de réduire drastiquement notre empreinte écologique. Depuis toujours, les Verts proposent de développer des zones piétonnes, de promouvoir la mobilité douce par des aménagements qui lui sont favorables et de réduire le trafic motorisé individuel. Grâce à ce projet, ils montrent qu’il est possible de se donner les moyens de la réussite.

200 rues sont à nous !

Et pour le plus grand bien de l'ensemble de la population !

21:26 Écrit par Julien Cart dans Politique | Lien permanent | Commentaires (25) | Tags : rues, convivialité, pollution, verts, genève, mobilité douce |  Facebook | | | |

Commentaires

Alors ça c'est une très bonne nouvelle ;)

Écrit par : Aish' | 20/01/2010

Mais quelle démagogie! quelle naïveté dégoulinante de bons sentiments! quelle vision binaire entre les gentils verts d'un côté, avec leur cortège d'enfants souriants, de fleurs des champs, de vélos pastels et de l'autre les méchants de droite, tendance fascistes, enfermés dans leurs gros 4x4 polluants, grimaçants, menaçants, voire même banquiers... J'aimerais mettre cela sur le compte de votre inexpérience de vie mais je crois que ce n'est même pas cela... De quel droit nous donnez-vous des leçons de morale? de quel droit parlez-vous au nom de tous? NON, cette décision inique n'est pas "pour le plus grand bien de l'ensemble de la population", c'est faux... c'est un emplâtre sur une jambe de bois, un moyen d'exister politiquement, une rustine sur votre incompétence à isoler le problème... Votre liberté commence là ou celle des autres s'arrête... Vous pénalisez à dessein tous les habitants du canton et des zones adjacentes, pour faire croire à vos électeurs qu'ils vont mieux vivre parcequ'au lieu de se faire écraser par les voitures, ils ne se feront plus écraser que par le tram... Vous parliez de la droite fascisante, merci de nous prouver aujourd'hui que ce terme s'applique aussi aux Verts... Finalement, vous êtes vous posé un jour la question : Et si le trafic à Genève n'étais pas un problème?

Écrit par : peet68 | 20/01/2010

"Respirer l'odeur des rencontres chaleureuses avec nos semblables", dans le tram, après une journée de transpirations diverses et de parfums tournés à l'aigre, je ne suis pas certain d'en avoir très envie.
Cela étant, si vous voulez vraiment faire baisser le taux de C02 en ville, voici deux solutions assez simples:
1) chauffez les bâtiments à l'électricité nucléaire, vu que dans un centre ville, la moitié du CO2 provient du chauffages des-dits bâtiments.
2) dans le cas de Genève en particulier, arrêtez de faire passer les véhicules en transit par le centre ville, ce que plus aucune ville développée au monde ne fait encore... Pour cela, il suffit de construire un évitement, pont ou tunnel, par le lac...

Écrit par : Séraphin Lampion | 20/01/2010

Ah bah voila, les verts ferment des rues aux voitures, ce sont évidemment des fascistes. Sympa l'argument niveau fin de soirée au bistrot. D'autres choses un petit peu plus intelligente à nous soumettre ?

Écrit par : Djinius | 20/01/2010

@Djinius,
Vous avez toujours les mots pourris (pour rire ?).
Un petit séjour au "Royal Cadichon" ?

Écrit par : Rollmops | 20/01/2010

Traversée de la Rade en urgence pour bannir les voitures du Pont du Mont-Blanc... Parking public à construire pour y mettre les autos... mais au fait qui va payer ????

Écrit par : Sirène | 20/01/2010

Hey Rollmops, je t'emmerde ... le petit dictateur malade de Blondesen te manque ? Alors va t'occuper de lui et amène lui des fleurs à l'hosto mais lâche-moi les baskets.

Écrit par : Djinius | 21/01/2010

La fermeture de 200 rues à Genève (sur 800) sans votation populaire n'est-elle pas un acte fascisant, terme que vous aimez employé. Pensez-vous aux personnes qui ne possèdent pas de garage privé ou les personnes de passage en visite comment vont-ils faire car le nombre de places de parkings est nettement insuffisant. Pourquoi mettre la charrue avant les boeufs ! Construisez des parkings dans les quartiers et après une fois que les voitures sont enterrées vous pouvez occupez l'espace public. Cher Monsieur, le problème à Genève n'est pas la circulation mais le logement, depuis 10 ans le Canton a externalisé sa population hors de ses frontières sans projet de construction de logements pour TOUS et sans projet d'infrastructures pour CHACUNE des mobilités. Plus les gens s'exilent hors des frontières, plus le trafic se densifie et le problème reste entier.

Écrit par : demain | 21/01/2010

Demain,

Mais voui, on va dépensez des millards à excaver notre ville pour enterrer les voitures ... sauf que des parkings, il en existe déjà : en ce qui me concerne, lorsque je vais rendre visite au centre à des amis, je ne me pose PAS la question, je cherche dans mon GPS le premier parking couvert payant.

Si j'habitais au centre, c'est clair que soit j'aurais une place privée, soit j'aurais un abonement mobility, soit je n'aurai pas de voiture ...

Écrit par : Djinius | 21/01/2010

..."réchauffement climatique en tête"...

C'est juste j'oubliais, pour les verts, il n'y a pas de chômage, pas de précarité. On est tous assez friqués pour se payer un bel éco-logement dans un éco-quartier. Et on va au boulot sur notre beau vélo. Pas de problèmes de courses, on se fait livrer. Ca c'est écolo!

@Djilnius
Merci pour vos conseils, mais j'habite au centre, et je ne bosse pas au centre. Je n'ai pas les moyens de me payer une place "privée", et les horaires ou trajets de bus ne me permettent pas de m'organiser pour être à l'heure au boulot (obligations parentales).

:-B

Écrit par : Pascale | 21/01/2010

Pascale, par simple curiosité : quelle distance entre votre logement du centre et votre travail ?

Combien vous coutes votre voiture annuellement ? (amortisseement, impots, assurance, essence)

Combien la place de parc vers chez vous ?

Écrit par : Djinius | 21/01/2010

Quelle bêtise de fermer ces rues au trafic! A Vernier c'est encore plus absurde. La municipalité a réussie transformer une avenue en impasse! Supprimant des places gratuites et proposant aux habitants de payer Fr. 133.- mensuel pour un parking. Simpa pour les familles! Et l'avis des habitants? L'avis de deux ou trois associations non représentatives ont fait l'affaire... de qui se moque-t-on?

La création de ces rues piétonnes va créer des quartiers à Bobos. La classe modeste va devoir mettre les voiles direction la périphérie,la France voisine ou encore s'entasser dans des minuscules appart'. Merci les Verts, qui n'ont comme réponse: "T'as gueule et pédale!" Quel mépris!

Au passage je tiens à dénoncer l'attitudes des socialiste, qui sont complices du blocage des rues genevoises. Et qui, en plus, demandent des aménagement de "qualité". Ce qui en langage rose signifie: "Contribuables vous allez casquer un max pour du vide!" Quel mépris!

Écrit par : Riro | 21/01/2010

BRAVO...!!!!
200 RUES SONT ENFIN RENDUES AUX CITOYENS.
LES CONDUCTEURS N'AURONT CAS PRENDRE LES TRANSPORTS PUBLIQUES

Écrit par : M.U.R | 21/01/2010

@Riro. Les Verts sont des bobos qui aiment les écoquartiers construits à grand frais en ville de Genève, les produits bio, les voyages "éthiques", les vélos dernier cri avec une taxe de 10Fr/an et surtout sont animés d'une pensée unique et égoïste d'imposer aux autres leurs valeurs et leurs idées. En effet, les classes modestes iront à la périphérie avec tous les problèmes sociaux que cela engendrent mais heureusement nos "bobos" grâce à leur générosité fiscale règleront la facture bien que les écolos sont tout aussi combinards que les autres donc pas sûr qu'ils passent à la caisse... Si les places de l'espace public en zone bleue disparaissent, ce ne sont pas les malheureux 300 Frs/an qui devront être acquittés par les usagers mais bien plus car pour obtenir une place à l'année dans un parking public c'est plutôt entre 120 et 200 frs/mois. la paupérisation de la population genevoise en 2010 continue sur sa lancée...

Écrit par : demain | 21/01/2010

@Djilnius
J'ai une toute petite voiture, qui consomme peu et me coûte peu cher. Mon boulot n'est pas forcément très loin, 30 min à vélo, mais c'est pas viable. J'ai essayé. C'est le cauchemar, dangereux, et me suis cassé la gueule bon nombre de fois.
Et les horaires de bus ne me permettent pas d'allier horaires d'école et de boulot. Donc j'ai besoin d'une voiture.

Les verts donnent dans le luxe et oublient la réalité merdeuse dans laquelle se débattent bon nombres de personnes. Sans voiture, je perds de la qualité de vie, du temps que je peux passer avec mon enfant par exemple.
Je n'oublie pas non plus le trimballage de sacs de courses, en bus et à pied ou à vélo, c'est un pur bonheur.

J'aimais bien les verts, et bien sûr l'écologie parle à tout le monde. Mais il faut tout mettre dans la balance, et procéder par urgence. A Genève, logements et chômage me semblent des sujets bien plus importants que quelques rues piétonnes au centre ville.

:-B

Écrit par : Pascale | 21/01/2010

@Djinius. Actuellement les habitants des quartiers en zone bleue paient une taxe à l'année pour pouvoir stationner env.300Frs. Que feront-ils ensuite : payer un parking entre 80 et 200/mois car certains ont décidé que l'espace public leur appartenait. Des solutions qui ne pénalisent pas les habitants détenteurs de véhicules doivent être trouvées en premier.

Écrit par : demain | 21/01/2010

Et bien, ceux qui trouvent que c'est une bonne idée n'ont apparemment pas les mêmes soucis que des mères de famille portant des courses, des parents avec de l'arthrose, et d'autre soucis.

Les gens qui ont envie de se rencontrer, ils peuvent aller dans les parcs....
que veut dire "la rue est à nous"? A qui? les voitures n'ont-elles personne dedans? Les automobilistes ne sont pas des gens?

Où les habitants des quartiers concernés vont-ils parquer leur voitures?

La rue n'a-t-elle pas été aménagée pour les transports?

Une votation aurait été INDISPENSABLE!

On se moque du monde!

Pour des questions professionnelles, je ne peux non plus me passer de voiture.

Pour des raisons de santé, je ne peux remplacer ma voiture par le vélo, et je ne dois pas être unique dans mon cas, avec une population vieillissante!

C'est quoi, cette dictature?

Franchement, je trouve que ceux qui ont "voté" un truc chamboulant la vie d'autant de personnes ont peu de respect pour la population qui les a élu!

C'est du n'importe quoi!

Écrit par : légensontétranges | 21/01/2010

@ MUR

QU'entendez-vous, intellectuellement parlant, par : 200 rues enfin rendues aux citoyens? Parceque, les rues ont été construites pour les citoyens (sous-entendu, les citoyens n'ont pas de voiture, nouvelle définition à inscrire dans Wikipédia)???

Et les méchants automobilistes (qui sont tous des voyants et ont prévu le réchauffement, mais comme ils sont méchants, ils utilisent les routes construites et goudronnées pour les citoyens)

Et QUAND, par exemple, les rues étaient aux citoyens (sans voiture)...???

Avant les voitures, il y avait les fiacres, les diligences....puis on a construit des routes POUR LES AUTOMOBILES, sauf quelques quartiers bénis de la vieille ville, déjà interdits aux voitures, ce qui est tout à fait compréhensible...

Arrêtons l'agriculture et rendons les champs aux enfants pour qu'ils puissent courir parmi les fleurs....

Bref, que de manque de respect pour des gens qui bossent et qui ont peu de temps, et essaient de gérer leur quotidien du mieux qu'ils peuvent....

La rue est à tous, et les automobilistes sont aussi des citoyens qui payent leurs impôts.......

Écrit par : légensontétranges | 21/01/2010

@Légensontétranges. Votre laïus n'est pas faux mais il y a quelque chose dans cette décision des Verts qui me dérange. On sait que des communautés comme celle d' Ilôt 13, ont tenté maintes fois de fermer la rue des Gares qu'utilisent la Poste et les personnes venant déposer les passagers pour le TGV en vain mais si cette rue devait être fermée comme les 199 autres, où irait le trafic ? sans doute vers d'autres rues et artères pénalisant ainsi les autres habitants qui s'y trouvent. On sait que Genève a presque réussi à faire du quartier des Grottes un "village gaulois" qui pour le pénétrer relève du jeu de labyrinthe. Le trafic devra se faire et contourner toutes ses rues fermées à la circulation augmentant ainsi le temps de conduite ainsi que les kilomètres parcourus sans parler des embouteillages et de l'énervement des conducteurs qui essaient de rentrer chez eux en dehors de Genève/Ville puisque le Canton les a poussés dehors. Est-ce convivial pour vous si pour aller visiter des amis à Corsier, je dois prévoir au départ du Petit-Saconnex plus de 45 minutes (dans les meilleurs des cas). Je ne le pense pas car le report du trafic va gêner plus de personnes que celles qui seront les bénéficiaires de cette initiative.

Écrit par : sirène | 21/01/2010

Oh moi je n'ai pas de problème pour vous dire que le béton pue, le macadam aussi et que je préfère de loin les chemins de traverse qui sentent bon la nature... Maintenant, hélas, il est vrai que nos routes ont été faites pour les vilaines bagnoles...et avant elles les carosses, fiacres..etc... Mais force est de constater que nos anciens modes de transports ne polluaient pas comme les actuelles 4 roues...le cheval ou l'âne n'ont jamais souillés notre atmosphère comme les bagnoles...
Alors il n'est jamais trop tard pour changer... et d'ailleurs le silence et le calme qui régnera en ville sera bien plus bénéfique pour la Santé Publique, le tourisme et tous les commerces qui sont dans ces rues piétonnes... Nous allons faire un centre-ville à la façon de Annecy...un pur paradis pour les touristes et le shopping !!
Maintenant, il y a une seule remarque que j'ajouterais à cette loi de classer 200 rues piétonnes : il faut offrir la gratuité des transports publics ...au moins dans cette zone pour inciter les gens à se déplacer le plus possible avec les modes collectifs...

Écrit par : M.U.R | 21/01/2010

Si le béton pue, le macadam aussi, que faites vous au Lignon? Où envoyez vous vos enfants à l'école? Où faites vous vos courses?

??? Vous ne pouvez pas faire autrement?

Ben, sachant ce que vous allez répondre, je vous signale qu'il y a une différence entre le rêve et la réalité.

Moi aussi je préfère la campagne et j'y vais chaque fois que j'y peux. Je préfère les légumes de jardins mais en achète au supermarché (pas de jardin)

J'aime la marche à pied, mais ne pourrais bosser sans voiture....

C'est ça, la différence entre rêve et réalité. La réalité est ce qui vous fait habiter dans un HLM, marcher sur des trottoirs déneigés par des engins municipaux...et acheter à la Migros ou la Coop des denrées amenées par des engins polluants....

On ne peut pas nous reprocher de devoir utiliser sa voiture dans une société CONçUE pour la voiture! Et comme disait un autre bloggeur, supprimer simplement 200 rues dans Genève sans solution de parking convenable, c'est mettre la charrue avant les boeufs.

C'est enquiquiner les honnêtes travailleurs qui essaient comme beaucoup de joindre les deux bouts.

Oui, il est important de repenser notre mode de vie, en nous donnant les MOYENS d'y parvenir, pas avec des idées aussi peu démocratiques!

Écrit par : légensontétranges | 21/01/2010

@Pascale : 30mn de vélo ... pour quelqu'un qui n'a pas l'habitude ... vous loger donc à environ 7-8 km de votre travail ! Vous êtes le prototype même de la personne qui n'a pas besoin de voiture.

Rigolons un peu : dites-moi quels sont les quartiers ... je parie qu'un tour sur le site des TPG va nous indiquer qu'en plus vous êtes très bien déservie !

@Demain,

"Que feront-ils ensuite : payer un parking entre 80 et 200/mois car certains ont décidé que l'espace public leur appartenait."

Oui, en parlant d'espace public que pensez-vous des énoooormes surfaces occupées par des petits cubes de tolles et d'acier sur tous les bords de nos rues ... ne s'accaparent-il pas l'espace public ?

Écrit par : Djinius | 22/01/2010

@Djilnius
Ne prenez pas les autres pour des imbéciles... J'ai déjà pris le bus. Et aussi expérimenté le vélo. Relisez, merci...

:-B

Écrit par : Pascale | 22/01/2010

Tiens, Djinius, vous êtes expert en TPG v. voiture?

Mis à part le fait que j'ai souvent du matériel à transporter, la voiture me permet d'économiser plus de 2h30 de transport par JOUR.(4x 40mn)

en bus:
De chez moi à l'arrêt, 7mn, + 2mn pour ne pas arriver au dernier moment. Transport, 30mn avec 1 changement puis de nouveau 10mn pour arriver sur mon lieu de travail. Total: environ 50mn.

En voiture: 12mn, de parking à parking. Hé oui, les liaisons entre les faubourgs de Genève ne sont pas toutes au top...

Et croyez-moi, chaque fois que les TPG sont plus avantageux côté temps et côté problèmes de parking, je les prends. Pour me retrouver quand même souvent debout une partie du trajet.

Je vis justement à 7-8km du centre....mais n'y travaille pas.

Et peut vous assurer que dans ces conditions, suis pas prêt de lâcher ma voiture (qui n'a, RIEN d'un gros 4x4) et que je ne dois pas être le seul dans ce cas.

Quand je vais en ville, suivant les horaires, je prends les TPG. Mais le soir, par exemple, je prends ma voiture (entre 15mn pour retourner dans mon faubourg et le triple si je prends les TPG, le choix est vite fait...)

Donc les jugements à l'emporte pièce ne sont sans doute pas la panacée, les TPG et le vélo non plus. Cela dépend des situations.....

Mais faut pas prendre les gens pour des gniolus non plus.

Écrit par : légensontétranges | 22/01/2010

Pour votre info:
http://www.adil.org/63/v2/infoenergie/transports.htm

J'en conclus de ce graphique qu'il suffit qu'il y ait 2 personnes dans une voiture pour que le bilan énergétique soit plus favorable que celui d'un bus ou d'un car....

A méditer avant de prôner le tout TPG

Écrit par : légensontétranges | 22/01/2010

Les commentaires sont fermés.